WEEK-END ALLEMAGNE

Week-end en Allemagne : Berlin, capitale branchée et historique

Offrez-vous un week-end en Allemagne et partez à la découverte des traditions du pays de Goethe. Vous serez séduit par sa capitale Berlin, aussi riche en histoire qu'en lieux de divertissements, ainsi que par la convivialité qui règne dans tout le pays, organisateur de nombreuses fêtes : les carnavals rhénans et alémaniques en Forêt-Noire, la célèbre fête de la bière de Munich (Oktoberfest), les marchés de Noël ou encore la fête du Printemps…
Comparez les offres de Week-end Allemagne pas cher de nos partenaires.

Voyagistes Destination Formule de voyage

Prix TTC
à partir de*
Dont frais dossier** Le Plus
Changer de destination ?
Règles d’affichage des offres * Prix par personne Toutes Taxes Comprises (taxes d'aéroport et frais de dossier inclus)
hors frais de paiement éventuels appliqués par certains voyagistes en fonction du moyen de paiement utilisé.
Les prix sont donnés à titre indicatif et sont susceptibles de varier.
** Frais de dossier obligatoires par personne (sur la base du prix pour une réservation pour 2 pers.).
N.C. : prix non communiqué

Expedia (sur mesure)

Allemagne Week-end N.C. 0 €  

Ou comparez les prix des offres Week-ends proposées par nos partenaires

Vol + Hôtel Allemagne

Comparez les prix des voyages à la carte

soit 1 nuits

Date de départ :

Date de retour :

Lancez la recherche en cliquant sur les agences de votre choix :

Spécialiste Allemagne : Chloé Bruet

Chloé Bruet

Vos récits de voyages en Allemagne

Concours Récits de Voyages : week-ends et repas gourmands à gagner ! Je participe

Cela va faire déjà un an que je suis partie un week-end à Berlin, capitale de l'Allemagne. Je me souviens que j'avais gagné ce séjour via un concours. Bon dieu, quelle surprise ! Passer deux jours, une nuit dans un hôtel 5 étoiles, petit-déjeuner inclus avec une journée guide touristique, c'était sublime.

La ville était immense, une sorte de Paris en plus branchée et en plus propre, il faut le dire. Etant dans la capitale, on voyait très clairement que c'était une ville très visitée. Il y avait énormément de monde, de boutiques, de galeries ainsi que de restaurants. Par manque de moyen, je n'ai mangé que dans des fast-food ou restaurants asiatiques, mais bon, étant jeune, ce n'était pas un problème.

C'était la première fois que mon conjoint prenait l'avion. Les hôtesses étaient à nos petits soins : boissons, viennoiseries, chocolat, tout était parfait. Il n'y avait pas une place de vide, l'avion était complet et le vol fût court tellement puisque nous sommes arrivés en avance.

Le temps était au rendez-vous, un grand soleil avec une température 30°C. Il était tout de même difficile de communiquer avec les allemands, peu d'entre eux savaient parler anglais mais bon, nous nous sommes débrouillés avec mon conjoint. Rien de tel que de faire des gestes ou des signes pour communiquer, après tout, c'est une langue universelle.

Ce que j'en garde comme souvenir ? Une ville riche, immense, démesurée et impressionnante. Si je devais retourner un jour là-bas, cela sera avec plaisir. Les longues promenades dans les quartiers, le bus touristique, les beaux paysages, le magnifique hôtel, c'était vraiment génial.

Bien que je n'ai pas fait des choses exceptionnelles telles un saut en parachute, du jet-ski ou nager avec les dauphins, ce court séjour fût l'un de mes meilleurs voyages. J'attends avec impatience de pouvoir en refaire un autre.

Sur ce, à un nouveau récit.

Voir plus

Photo de Aliénor Debrocq Photo de Aliénor Debrocq Photo de Aliénor Debrocq Photo de Aliénor Debrocq C’est pas vraiment une ville, c’est plutôt comme des villages reliés les uns aux autres. On peut le faire en vélo. On peut louer des vieilles bécanes avec système Torpédo et rouler au gré du vent, au gré des tournants, longer un canal, prendre le frais sous un mirador, une page d’histoire à chaque coin de rue, une enseigne, un signal, faut juste ouvrir les yeux, lever le nez du guidon.

On ne loge pas à l’hôtel, on séjourne chez des amis, des amis qui ne sont pas d’ici, ils avaient juste envie de voir à quoi ça ressemble, les églises au clocher troué, les brasseries reconverties, les parcs champêtres, les grands boulevards, les musées. Ils habitent un quartier sympa, en périphérie du centre, sauf qu’il n’y en a pas, de centre. Pour rentrer chez eux, on prend le métro avec les vélos, il y a un supplément, on a oublié de le payer, on s’éclipse l’air de rien, c’était moins une. On rigole sur le quai.

Checkpoint Charlie, les filles sont en mini short et bikini, elles se font photographier au bras de faux soldats. On imaginait autre chose, on imaginait avoir la gorge serrée, ressentir le passé, mais il n’y a qu’un soleil radieux, c’est Berlin mais c’est surtout l’été, les derniers pans du Mur nous bercent dans leur ombre. Le long de la Spree, une fausse plage de vrai sable, transats, parasols cocktails et musique lounge en plein après-midi, les Berlinois font la fête pour célébrer l’oubli.

Voir plus

Un dimanche matin de décembre 1988. Il est 09h30, il fait froid, il a un peu neigé dans la nuit.
Je suis avec 2 amis de Cologne le long du mur, entre le Reichstag et la porte de Brandebourg, à Berlin. L'ambiance est pesante malgré le caractère potache et purement touristique de notre balade matinale. Ce lieu est chargé d'histoires ; ce lieu est l'Histoire ; je ne peux que le respecter.

Au détour d'une stèle rendant hommage à un courageux candidat à l'évasion, j'entends un bruit qui me glace le sang : clic, clic, clic... Je regarde autour de moi et ne détecte pas la provenance de ce bruit que je n'aurai sans doute ni entendu ni relevé dans un autre contexte.

Après quelques mètres parcourus, un de mes amis me demande de regarder discrètement au dernier étage d'un immeuble, coté Berlin-Est : un Vopo, couvert de son casque si reconnaissable, nous suivait de la ligne de mire de sa mitrailleuse sur tourelle : clic, clic, clic...

Mes 2 amis et moi-même restâmes silencieux pendant un long moment avant de prendre vraiment conscience que nous étions bien devant le rideau de fer, devant le mur de la honte...

Voir plus

Annonces Google

Dernière minute

publicité
publicité
publicité