VOYAGE CHINE

Voyage en Chine : De Shanghai l'effervescente aux plateaux de l'Himalaya en passant par Pékin l'historique

En Chine, vous découvrirez un monde à la civilisation aussi riche que captivante. Beijing, Xi’an, Nanjing, Luoyang, Kaifeng, Hangzhou et Anyang, les sept anciennes capitales impériales, vous raconteront leur histoire à travers leur vestiges. A ne surtout pas manquer lors de votre voyage dans l'Empire du Milieu : les sentiers balisés des Cinq monts sacrés, la Grande Muraille et les tombeaux des Ming.
Comparez les offres de Voyage Chine pas cher de nos partenaires.

Voyagistes Destination Formule de voyage

Prix TTC
à partir de*
Dont frais dossier** Le Plus
Changer de destination ?
Règles d’affichage des offres * Prix par personne Toutes Taxes Comprises (taxes d'aéroport et frais de dossier inclus)
hors frais de paiement éventuels appliqués par certains voyagistes en fonction du moyen de paiement utilisé.
Les prix sont donnés à titre indicatif et sont susceptibles de varier.
** Frais de dossier obligatoires par personne (sur la base du prix pour une réservation pour 2 pers.).
N.C. : prix non communiqué

Un Monde (sur mesure)

Chine Voyage 1 049 € 20 € devis sur mesure gratuit

Directours

Chine Voyage 1 035 € 40 € spécialiste du séjour sur mesure

Expedia (sur mesure)

Chine Voyage N.C. 0 €  

Plus d’infos sur la Chine

A voir lors de votre voyage en Chine

Les villes et leurs monuments :

  • Pékin (ou Beijing) et ses hutongs, sa Cité interdite, sa place Tian’anmen, son site olympique ainsi que le Temple du Ciel, le Palais d’été... et la Grande Muraille qui s’étend sur plus de 6000 km, du golfe de Bohai jusqu’au sud du désert de Gobi
  • Shanghai, plus grande ville du pays et poumon économique, avec son boulevard du Bund, sa place du Peuple et la très branchée Nanjin Road
  • Xi’an et l’impressionnante armée en terre cuite qui protège le mausolée de l’empereur Qin
  • Lhassa au Tibet, ville sainte où se trouve le spectaculaire Potala, palais-montagne mêlant sanctuaires et pagodes qui rendent hommage à Bouddha
  • Hong Kong et ses gratte-ciel, Macao et son centre historique, Shenzhen et ses parcs à thèmes, ainsi que les métropoles de Canton (ou Guangzhou), Dongguan, Tianjin, Wuhan, Chengdu, etc.

Les sites naturels :

  • L’Everest, plus haute montagne du monde, située dans la chaîne de l’Himalaya à la frontière avec le Népal, le Mont Kailas et les nombreux lacs (lac de Turquoise, lac Manasarovar) de la région tibétaine
  • La Route de la soie, itinéraire d’échanges commerciaux entre l’Extrême-Orient et l’Occident, et ses nombreuses étapes : les grottes de Binglingsi et celles de Mogao, la fosse de Turfan, etc.
  • Le désert de Gobi, l’un des plus grands au monde, et celui de Takla-Makan
  • Les montagnes, monastères et temples du Sichuan
  • Le Yang-Tsé-Kiang (Yangzi Jiang), aussi appelé « fleuve bleu », troisième plus grand fleuve du monde
  • Les vastes rizières du Yunnan et la forêt de pierres à Kunming

Climat en Chine

1°C janv. 4°C fev. 11°C mars 21°C avr. 27°C mai 31°C juin 31°C juil. 30°C août 26°C sept. 20°C oct. 10°C nov. 2°C déc.


Meilleurs mois :
Le printemps est la saison la plus favorable pour l'ensemble de la Chine.


Mois à éviter : Vu l'immensité du pays, tout dépend de la région visitée...


Spécialiste Chine : Victor Jouniaux

Victor Jouniaux

Vos récits de voyages en Chine

Concours Récits de Voyages : week-ends et repas gourmands à gagner ! Je participe

je ne pouvais m'imaginer qu'à peine sortie de Kunming, j'entrai dans une autre vie : une vie rurale, avec des rizières en terrasse, des maisons en latérite rouge et surtout, surtout, un peuple qui semblait vivre un peu hors du temps. Je me trouvais nez-à-nez avec une Chine qui n'a pas quitté l'ère du troc et de la culture vivrière. Si je n'étais pas assise dans ce minibus, certainement j'aurai cru à un retour dans un passé de la Chine méridionale: les gens rencontrés sur les bord des routes qui menaient leur troupeau de brebis paître, les charrues de boeufs qui labouraient les rizières en plaine, les enfants dans leur habits traditionnels qui jouaient avec des cerfs volants en forme de dragons, tout sur cette route me fascinait. Quel contraste avec Kunming!
Et plus nous avancions, plus je me sentais transportée: la route, ou plutôt la piste, sillonnait les montagnes qui flirtaient les 2000 à 2500 m d'altitude et nous offrait des paysages indescriptibles, tant ils me semblaient irréels. Le léger brouillard qui enveloppait le col des montagnes ajoutait à cette atmosphère. Et soudain, au détour d'un virage, entre ciel et terre, le scintillement d'un lac contrastant avec les parois de latérite rouge qui l'encerclait me coupa le souffle! Et par-ci par-là, on pouvait aussi apercevoir des terrasses de maïs, de riz et de fleurs jaunes.

Comment ne pas tomber amoureuse de ce que je voyais? le sourire béat aux lèvres, les yeux brillants, je ne pouvais m'arrêter de "manger" du regard tout ce que je voyais!
Et quand nous arrivâmes enfin à destination, un village Yi, perdu parmi les champs de tabac et d'hévéa, ce que j'y découvris me confortait dans la pensée que j'avais vraiment fait un voyage dans le passé. En fait de village, il s'agissait de 3 ou 4 hameaux de briques rouges fabriquées maison, et qui dataient certainement du siècle dernier... Pas d'électricité, pas d'eau courante. Tout était dans la nature: le bois pour le feu et l'éclairage, une source à quelques minutes de marche dans les champs leur servait d'eau potable et de salle de bain. Quant aux besoins naturels, il y avait les champs. Xiao Zhang qui nous accueillait pour la nuit dans sa demeure nous avait préparé un festin: pas moins de 8 plats différents comme il est de coutume.
Malgré sa pauvreté(sa famille gagnait moins de 50 euros par an) elle a souhaité nous honorer. Ce premier repas m'a donné des larmes. Si pauvre mais si généreux... Et tout au long de mon court séjour parmi ce peuple, je n'ai eu de cesse que d'être admirative devant tant de générosité. Oui, c'est comme si j'avais été transporté dans une autre dimension, un autre monde, ou donner signifiait vraiment donner. J'ai eu la chance de vivre une autre Chine que celle des médias. Une Chine hors du temps.

Voir plus

L’interminable cortège serpente silencieusement. Un simple soldat veille à son écoulement régulier. En rang par quatre, la Chine défile devant Mao. Visage rosé, quelque peu bouffi, un rien carton-pâte. Dans les regards de la foule, plus de curiosité respectueuse que de vénération semble-t-il. On vient ici feuilleter l’album de famille en essayant de ne garder que les bons souvenirs, on vient ici pour tourner la page.
Au sortir du mausolée à l’architecture austère, retour sur Tien-an-Men, l’immense place conçue pour le théâtre des manifestations de masse, pour les grandes machineries. Ciel blanc brûlant que ponctuent les silhouettes colorées des cerfs volants en forme d’oiseaux. Tout au fond le portrait du Grand Timonier sert de décor à la traditionnelle photo qui immortalisera le voyage à Pékin. Elle sera accrochée près de celle prise devant un dragon de la Cité interdite ou sur une barque du lac du Palais d’été.
Les chinois se sont découvert une passion : se photographier. La Chine se regarde.. Etre seul ou en famille sur un petit rectangle de papier glacé, hors du groupe, hors de l’uniformité. Se distinguer n’est plus un délit.
La « movida » chinoise est avant tout redécouverte du moi, de l’individu. Ne plus être fondu, assimilé, gommé.
Si l’attitude devant l’objectif est encore posée, figée, crispée parfois, dans la queue des candidats au portrait, un soldat a troqué sa casquette réglementaire contre un chapeau de paille ; quant à la fille qui l’accompagne, sa minijupe n’éveille apparemment ni réprobation, ni curiosité. Comble de l’audace, certaines épaules commencent à se dénuder.
De l’autre côté de l’avenue, près du Beijing Hôtel, sous les affiches peintes qui vantent les mérites de la technologie audiovisuelle japonaise, une femme âgée un costume noir s’appuie sur le bras d’une jeune fille en short. Mi-bas couleur chair malgré la chaleur, mode oblige. Les chaussures à talons essaient vainement de s’adapter au rythme des minuscules chaussons…
Les bicyclettes passent devant la copie fidèle de Maxim’s. Sur les panneaux muraux, les journaux titrent sur le défilé de mode d’un célèbre couturier français.
Près d’un petit marché libre, un jeune homme aborde discrètement les touristes pour leur proposer un change de devises au noir…
Comme dans la chanson de Bécaud,ou à cause d'elle, ma guide-interprète s’appelle Nathalie. Enfin c’est le prénom qu’elle a choisi dans son activité. Son vrai prénom c’est Pei Lan, qui signifie : « il faut apprendre à aimer le bleu ». Tout un programme.
Elle porte un corsage de soie rouge et retient d’un geste gracieux sa capeline que le vent lui dispute. Français parfait. Elle parle de Maupassant, de Jean Michel Jarre, de ses futures études à l’école de la Diplomatie. Aucune réticence dans les réponses aux questions parfois perfides. D’ailleurs, j’avais déjà remarqué pendant sa traduction d’un discours « sur mesures » d’un responsable d’une commune populaire, un petit sourire embarrassé qui en disait long sur son esprit critique.
Elle veut que je lui raconte Hong Kong qui semble la fasciner. Pourvu qu’un jour elle ne découvre pas l’Occident en commençant par cette folle métropole d’un capitalisme débridé ! Je préfère l’inviter à diner pour évoquer la vieille Europe, les maisons blanches de Bretagne, les oliviers de la campagne toscane, le carnaval de Venise. Elle ne m’interrompt que pour se moquer gentiment de la maladresse avec laquelle je manie les baguettes…
Quand la Chine explosera…
Un quart de la population du globe a refermé un petit livre pour en ouvrir un autre. Et sa lecture rique d’être brutale…
Pei Lan, il faut apprendre à aimer le bleu, on apprend vite, tu verras

Voir plus

Annonces Google

Dernière minute

publicité
publicité
publicité