VOYAGE CAP VERT

Voyage au Cap Vert : Entre volcans, montagnes et dunes

Au large des côtes sénégalaises, partez pour un séjour de rêve au Cap Vert, terre de métissage culturel, au carrefour de l’Europe, de l’Afrique et de l’Amérique du Sud. Évasion garantie : des vallées luxuriantes, aux cités à l’allure coloniale, en passant par une nature à la beauté sauvage ou l’ambiance déchainée des festivals de musique tels que le Baia das Gatas,…
Comparez les offres de Voyage Cap Vert pas cher de nos partenaires.

Voyagistes Destination Formule de voyage

Prix TTC
à partir de*
Dont frais dossier** Le Plus
Changer de destination ?
Règles d’affichage des offres * Prix par personne Toutes Taxes Comprises (taxes d'aéroport et frais de dossier inclus)
hors frais de paiement éventuels appliqués par certains voyagistes en fonction du moyen de paiement utilisé.
Les prix sont donnés à titre indicatif et sont susceptibles de varier.
** Frais de dossier obligatoires par personne (sur la base du prix pour une réservation pour 2 pers.).
N.C. : prix non communiqué

Promovacances.com

Cap Vert Voyage 743 € 14 € petits prix, grandes vacances

Marco Vasco (sur mesure)

Cap Vert Voyage 1 199 € 0 € voyages 100% personnalisables

Degriffe Voyages

Cap Vert Voyage 749 € 0 € bons plans à prix dégriffés

Ecotour.com

Cap Vert Voyage 507 € 8 € séjours à prix mini

Selectour Afat

Cap Vert Voyage 689 € 0 €  

Croque Vacances

Cap Vert Voyage 749 € 0 €  

Héliades

Cap Vert Voyage 699 € 0 € spécialiste Grèce, Caraïbes, Cap Vert

Leclerc Voyages

Cap Vert Voyage 749 € 0 € service agence au prix internet

Look Voyages

Cap Vert Voyage 749 € 0 € spécialiste des clubs animés

Plus d’infos sur le Cap Vert

A voir lors de votre voyage au Cap Vert

Les principales îles de l’archipel cap-verdien :

  • Santiago (Sao Tiago), plus grande île du pays qui abrite la capitale Praia
  • Santo Antao et ses cultures en terrasse
  • Fogo et son volcan Sao Felipe
  • Sal et ses longues plages de sable blanc
  • Sao Vicente et ses contrastes, entre plateaux désertiques et végétation luxuriante, mais aussi Mindelo, berceau de la célèbre chanteuse Cesaria Evora
  • Boa Vista, Maio, Sao Nicolau,…

Climat au Cap Vert

25°C janv. 25°C fev. 26°C mars 26°C avr. 27°C mai 28°C juin 29°C juil. 29°C août 29°C sept. 28°C oct. 28°C nov. 26°C déc.


Meilleurs mois :
Janvier à mai pour les surfeurs, véliplanchistes et kitesurfeurs, toute l'année pour les randonneurs et les amateurs de farniente sur la plage.


Mois à éviter : Septembre et octobre peuvent être témoins de pluies importantes (mousson africaine).


Spécialiste Cap Vert : Victor Jouniaux

Victor Jouniaux

Vos récits de voyages au Cap Vert

Concours Récits de Voyages : week-ends et repas gourmands à gagner ! Je participe

Un besoin de changer d'air, d'évasion, de retrouvailles et de soleil !!
Voilà ce dont nous avions besoin, et ce que nous avons trouvé dans ce pays encore sauvage...

En ce mois de décembre, il fait beau, il fait chaud lorsque nous atterrissons dans cet aéroport à ciel ouvert...le début des vacances commence :-)

Ce sera farniente et quelques visites, mais nous souhaitons découvrir la ville par nous meme : essayez absolument le taxi à plusieurs, assis à l'arrière (à l'exterieur) c'est folklo...puis rentrez en "taxi-boat", c'est génial d'être ramené par bateau jusqu'à la plage de l'hotel... ;-)
Essayez tout cela aussi en marchant le long de ces belles plages, où vous pourrez trouver aussi bien un bar perdu au mileu de nul part, un paradis avec les hamacs pour la sieste ;-), que des dunes immenses, une évasion comme si vous étiez au Sahara en allant quelques metres vers l'intérieur des dunes...mais aussi le côté sauvage préservé si vous vous éloignez un peu plus loin dans l'île, avec des plages rocailleuses totalement différentes mais toutes aussi jolies...un enchantement pour les yeux et le cœur des amoureux...!

Le plus dur sera le retour, et de passez de 35°C à 0°C en hiver... ;-)

Boa Vista, un séjour à jamais gravé dans ma mémoire et dans mon coeur...
Boa Vista, Bella Vida

Voir plus

Certaines légendes racontent que les îles du Cap-Vert seraient les débris de l'Atlantide, le mythique continent englouti. Nul doute que le Cap Vert est un paradis. Un paradis perdu dans l’océan au large du Sénégal qui inspire le mystère et la poésie.
Je décide de me glisser sous le vent et de mettre le cap sur Santiago et Fogo.

Dengue Mata !
Décembre 2009 – Praia (Santiago) 2h du matin. La nuit est douce à Praia. Le petit aéroport accueille ses derniers voyageurs pour la nuit. Je suis immédiatement frappée par les affiches noires et rouges qui rappellent qu’une épidémie de dengue sévit dans l’archipel depuis plusieurs semaines.

A travers la vitre d’un aluguer
Praia 9h du matin - 1er jour, 1er aluguer. L’activité est déjà dense sur le marché de Sucupira. Les stands de vêtements et d’accessoires côtoient les étalages des maraichers. Aux alentours, les aluguers circulent, stationnent, tournent, freinent, redémarrent en un balai quotidien rythmé par les derniers morceaux de batuque. Ils ne partiront qu’une fois plein mais ici, personne ne s’en plaindra. Les capverdiens ont appris à s’adapter et à être patience. L’aluguer est le moyen de transport incontournable sur une île aux reliefs escarpés qui concentre plus de la moitié des pauvres de l’archipel. Les aluguers que j’emprunte sont un concentré de la société capverdienne. On s’assoit à côté d’une vieille dame de retour du marché, d’écolier, d’ouvrier ou encore de jeunes hommes aux allures de rappeurs. Une bassine de poissons frais tient miraculeusement en équilibre sur les paniers de légumes et un vieux moteur.
L’aluguer respecte son trajet habituel : la route du nord jusqu’à Assomada avec pour terminus le village de Tarrafal. En quittant Praia, nous passons devant un chantier de rénovation financé par l’Union Européenne. La ville laisse place à un paysage aride. De la vitre de l’aluguer, j’aperçois quelques hameaux aux maisons inachevées. Je prends la mesure des conditions de vie pénibles des habitants de l’île qui survivent sur une terre battue par les vents et qui offre des ressources limitées.
Parfois, le véhicule s’arrête au milieu de nulle part pour déposer ou prendre un passager. Les capverdiens tirent leur survie des fonds de l’aide internationale, notamment européenne, et des capitaux provenant des 700 000 Capverdiens travaillant à l’étranger.

« China, with Love »
Les rues de Praia et de San Felipe: Je décide de consacrer du temps à la recherche de souvenirs. Que ce soit sur le Plato, à Praia, ou bien dans les rues de San Felipe, je constate très vite qu’ici aussi, les chinois mettent à profit leur sens des affaires. Au-delà de l’aide octroyé par la Chine (dont le dernier don de 100 000 dollars servira à la lutte contre l’épidémie de dengue), c’est le nombre de magasins tenus par des chinois qui surprend. Avec quelques 200 boutiques dans tout l’archipel, ils ont aujourd’hui le monopole des petits commerces et notamment des boutiques de souvenirs. Ironie de la situation, ils vendent des vêtements et autres articles aux couleurs du Cap Vert mais dont la provenance est bel et bien chinoise.
J’interroge Abdou sur ce sujet. Abdou est capverdien et vendeur de rue à Praia. Il avoue que les capverdiens d’origine n’apprécient guère cette concurrence agressive même si tous admettent que les prix bas des commerces gérés par les Chinois leur permettent d’accéder plus facilement aux produits d’usage courant.

De la Lune à l’Eden
10h – au dessus de Fogo – avion de la TACV: Fogo, petite île volcanique, apparaît entre les nuages. Sur le sable noire, les vagues se brisent en mille éclats de verre. Avec sa couleur d’ébène, sa forme quasi circulaire et son cratère central, Fogo me rappelle l’île Noire d’Hergé, mystérieuse et impénétrable.

Voir plus

Dernière minute

publicité
publicité

Annonces Google

publicité