Hôtels aux Philippines

Destination
De
Au
Nombre de chambres
Type de chambre
Lancez la recherche en cliquant sur les agences de votre choix
Plus de choix ? Louez un appartement ou une maison à un particulier pour vos vacances !

Philippines : infos pratiques avant de partir!

Infos pratiques
  • Capitale : Manila
  • Monnaie : Peso
  • Langue(s) : Tagalog, Anglais, Filipino
  • Population : 99900177 habitants
  • Manille : Shoe Museum, Kaban ng Hiyas, Bahay Nakpil-Bautista Foundation, Inc., Blanco Family Art Museum, Veterans Memorial Museum, Yuchengco Museum, Armed Forces of the Philippines Museum, Museum of the City of Manila, Museum of the Filipino People, National Museum, Lopez Museum, Bahay Tsinoy, Metropolitan Museum of Manila, Science Discovery Center, The Mind Museum, Museo Pambata, Philippine Air Force Museum,
  • Davao : D'Bone Collector Museum, SM Science Discovery Center, Davao Historical Museum, The Living Heritage Center for Philippine Indigenous Peoples, Museo Dabawenyo,
  • Cebu City : 1730 Jesuit House, Sandiego-Yap Ancestral House, The Cathedral Museum, Museo Sugbo, Jose Rizal Memorial Library, BPI Museum, Sugbu Chinese Heritage Museum, Sala Piano Museum, Jumalon Butterfly Sanctuary and Art Gallery, Jose R. Gullas Halad Museum, Cebu Happy World Museum, ProFoods Mango Museum, Museo Parian sa Sugbo, Casa Gorordo Museum, Mactan Island Aquarium, University of San Carlos - South Campus,
  • Pasig City : Shoe Museum, Kaban ng Hiyas, Bahay Nakpil-Bautista Foundation, Inc., Blanco Family Art Museum, Veterans Memorial Museum, Yuchengco Museum, Armed Forces of the Philippines Museum, Museum of the City of Manila, Museum of the Filipino People, National Museum, Lopez Museum, Bahay Tsinoy, Metropolitan Museum of Manila, Science Discovery Center, The Mind Museum, Museo Pambata, Philippine Air Force Museum,
Découvrez les pays les plus prisés

Philippines : Vos récits de voyages

Concours Récits de Voyages : week-ends et repas gourmands à gagner ! Je participe

J'aime (7)

Photo de Le retraité philippin Photo de Le retraité philippin Photo de Le retraité philippin Photo de Le retraité philippin Comme un rêve, le jour de mon anniversaire sur l'île paradisiaque de Subic!!! Très tôt ce matin je me suis vu dans un de ces jeepneys que j’adore prendre, entre volcans menaçants et rizières d’un vert tendre, filant droit vers le sud, en bord du pacifique Et là, comme d’habitude, on va me demander où je veux aller ; sur une île paradisiaque bien sûr !!! Le temps de manger un bon chicken-coconut, mon plat préféré ici, la bangka à flotteurs est prête pour partir en direction des îles. Une 1/2h, et me voilà sur une eau complètement translucide, au milieu d’îlots où des pécheurs ont élu domicile. Mais pas seulement les pécheurs, des poissons en quantité, certains multicolores – je suis dans un aquarium. Et mon rêve va durer … jusqu’à cette autre île (Subic je crois) avec une plage au sable pratiquement rose où nous allons accoster. Seule une soixantaine de personnes vivent ici et entretiennent quelques bungalows à la disposition des éventuels touristes rêveurs. "Resort Subic" bien mieux que les resorts haut de gamme de Bocaray avec son bungalow à 5m de hauteur, dans l'arbre qui surplombe la plage et la mer turquoise qui vient mourir doucement à ses pieds. Pour 10 euros la nuit, le rêve est à ^portée de tous et quel rêve !!! Aujourd’hui, je suis le seul durant 2 bonnes heures à profiter de l’eau bleue transparente, à marcher sur le sable chaud d’une plage de 4kms, tantôt au soleil, tantôt sous les cocotiers. Alors, comme le soleil tape fort, je m’assois à une table en bambou typique de ces contrées. Inévitablement on vient me voir, me proposer le café que je paierai un prix dérisoire ( 0,14euros) et s’installer à discuter, rire. Je raconte mon histoire et j’ai droit à un « happy Birthday ». Mais le ciel se charge, il faut rentrer et durant 3/4h nous allons affronter les vagues pleines d’écumes de l’océan Pacifique, entre des îles à perte de vue, parfois contre les courants…. mon boatman excelle et surfe à merveille, à tel point que je ne recevrais pratiquement aucune éclaboussure. C’était un rêve fabuleux et je n’ai pas envie de me réveiller …

Voir plus

J'aime (4)

Photo de Le retraité philippin Photo de Le retraité philippin Photo de Le retraité philippin Photo de Le retraité philippin Après Palawan, Bohol, j'ai continué mon périple de 3 mois , sans difficulté, sur 2 petites îles, au sud des Philippines, connues pour la clarté de l'eau et les fonds marins. Siquijor Siquijor est une petite île qu'il faut découvrir à moto car les transports sont peu fréquents. J'y suis resté 3 jours et j'en ai loué une pour faire les 72 kms qui en font le tour. C'est exactement l'île tropicale de part sa végétation : bananiers, cocotiers et rizières. La « montagne » (550m) au milieu de l'île et les pluies fréquentes (heureusement la nuit) créent des belles chutes d'eau et bassins pour nager. Le pourtour est parsemé de belles criques au sable blanc mais hélas certaines commencent à être bétonnées. Ici les terrains, en bord de mer, se vendent 40 000 euros les 2 hectares. Alors les canadiens, européens ... achètent et construisent des hôtels de luxe. Pour l'instant, sur Siquijor, les paysages sont globalement préservés, les villages calmes et authentiques, les philippins très cools, mais j'ai bien peur que tout cela change très vite. De Siquijor, en combinant tricycle, bateaux, jeepney, bangka (bateau avec flotteurs) j'ai rejoint Apo Islanden 4 heures. Apo Island L'île volcanique d'Apo ne compte que 1 000 habitants sur ses 72 ha. Le village en bord de mer est surtout actif à l'arrivée des bateaux de touristes qui ne sont pas si nombreux que cela. Comme partout ce sont les mêmes difficultés d'approvisionnement et d'école. Après le collège il faut prendre une chambre sur Negros (50 mn de bateau) et seulement 5% des enfants y parviennent grâce à l'aide financière des 2 hôtels qui "sponsorisent" les lycéens. Apo est très connue des plongeurs car elle offre parmi les plus beaux sites de plongée des Philippines ; c'est aussi un très bon lieu pour observer coraux, poissons de toutes les couleurs et tortues, ceci à 50 m de la plage avec 1 à 2 m d'eau. J'ai fait 4 sorties de natation et à chaque fois j'ai trouvé les tortues sans difficulté. Et le top c'est de nager avec elles ; rien de plus facile car elles viennent manger dans les coraux. Les Bola Bolas de Siquijor Aux Philippines, l'île de Siquijor évoque le mystère des guérisseurs (pour certains) des sorciers et de la magie noire (pour d'autres). Plusieurs fois j'ai posé des questions sur ce mystère et on a parfois refusé de me répondre. J'ai rencontré à Bohol un couple (suédois - philippines) et lui m'a assuré que sa femme refuse d'y mettre les pieds à cause des croyances qui entourent l'île. La propriétaire de l'hôtel où je réside à Siquijor a bien voulu m'en parler, et comme je lui demande s'il est possible d'en rencontrer, elle me répond que la plus connue, habite à quelques kms dans la montagne. Je prends la moto, demande 3 fois ma route, et réalise qu'effectivement tout le monde la connait. A sa maison, le «salon» de consultation est ouvert et la chance est avec moi car un couple est présent. Une femme a emmené son mari qui a des problèmes d'eczéma et de rhumatisme (si j'ai bien compris). Elle parle très bien l'anglais et me sert de traductrice car ma "Bolo bolo" parle peu l'anglais mais accepte ma présence. Elle a 96 ans (la majorité des Bolo Bolo ont plus de 70 ans) et tient son pouvoir de «guérisseuse» depuis longtemps. Elle est allée, il y a environ 70 ans, à Cébu à une cérémonie religieuse et dans la nuit, en rêvant, a eu la révélation de son don par St Nicolas. Le lendemain matin, elle a retrouvé une pierre noire dans sa poche et c'est cette pierre qui lui permet d'exploiter son don de «guérisseuse». Son don n'est pas transmissible. La famille a contesté ce don et un des membres qui a voulu briser la pierre est décédé 3 jours plus tard. Un autre a jeté la pierre au loin mais le lendemain la pierre est revenue (dixit la bolo bolo) .... La séance se passe en 2 temps : 1° La bolo bolo souffle dans un bambou dont l'extrémité est dans un verre d'eau contenant la pierre, ceci en promenant le verre sur les douleurs du patient dans le but de détecter les affections. L'eau claire au départ devient en principe un peu trouble (je n'ai pas vraiment vérifié). 2° Elle frictionne le patient avec de l'huile à base de plantes. En fait tous les ans au printemps les «guérisseurs» se rassemblent pour composer la «potion magique» de l'année. La consultation dure un peu plus d' ¼ d'heure mais nous continuons notre discussion un bon moment. Elle nous raconte que les philippins de toutes les îles, mais aussi des médecins japonais, américains ... viennent la voir et lui envoient des malades. Elle ne peut traiter les maux qu'en présence du patient. Elle me dit qu'elle a fait l'objet d'articles de presse, ce que j'ai vérifié ailleurs dans un magazine en anglais où j'ai retrouvé sa photo. Même si les jeunes philippins semblent ne pas croire en ces guérisseurs, la majorité d'entre eux prend les Bola Bolas au sérieux, peut être car il se dit qu'une malédiction pourrait s'abattre sur eux dans le cas contraire. Quand j'ai raconté tout cela à l'hôtel le soir, certains touristes ont ri et un des philippins, très sérieusement, nous a dit «il n'y a aucun problème avec les bolo bolos !» et nous avons compris qu'il fallait arrêter cette discussion. Mes impressions : je suis content d'être allé à sa rencontre mais j'éprouve un sentiment bizarre d'incrédibilité, mêlé à une forme de respect peut être lié à son âge mais aussi à son écoute, son énergie. J'ai fait un séjour de 3 mois aux philippines, sans pépin, bobos ... sans doute sous la protection de ma bolo bolo ....

Voir plus

Publicité
Vos prochaines vacances
  • vacances camping

    Camping
  • Téléphone anglais

    Week-end et Escapade
  • Seule sur la route

    Voyage en solo
  • Famille à la plage

    Voyage en famille
  • Spécial 15 jours

    Voyage deux semaines

Annonces Google