Hôtels au Maroc

Destination
De
Au
Nombre de chambres
Type de chambre
Lancez la recherche en cliquant sur les agences de votre choix
Plus de choix ? Louez un appartement ou une maison à un particulier pour vos vacances !

Maroc : infos pratiques avant de partir!

Infos pratiques
  • Capitale : Rabat
  • Monnaie : Dirham
  • Langue(s) : Arabe, Français
  • Population : 31627428 habitants
  • Casablanca : Musée Mosquée Hassan II, Musée de la Fondation Abderrahman slaoui, Moroccan, nabil khairany, SEOWebo : Agence référencement Casablanca,
  • Rabat : Museum of Oudayas, Archeological Museum, National Museum of Postal Services and Telecommunication, Musée Des Arts Contemporains, National Craft Museum, Archaeological Museum, Dibagha, Musée Dar Belghazi, Archaeological Museum, Musée de la Communication, Medersa,
  • Marrakech : Dar Si Said, Maison de la Photographie de Marrakech, Musée ben Youssef, Dar Si Said, Musuem d'Art Islamique, Musée Maroc Telecom, Dar Si Aissa Musée et Restaurant, Douiria Derb el Hammam, Musée Tiskiwin, Le Grand Musée de Marrakech, Musée Berbère, Museum de Marrakech,
  • Agadir : Musée du Patrimoine amazigh,
Découvrez les pays les plus prisés

Maroc : Vos récits de voyages

Concours Récits de Voyages : week-ends et repas gourmands à gagner ! Je participe

J'aime (0)

Pour notre troisième voyage au Maroc, nous avons choisi d’aller à Fès du 31 mars au 11 avril 2014.
A la descente d’avion, l'aéroport apparaît ridiculement petit par rapport à ceux que nous connaissons. Celui en construction, beaucoup plus spacieux, sera terminé dans un an environ et permettra d’accueillir beaucoup plus de touristes. Le soleil brille pour nous souhaiter la bienvenue, la température très douce contraste avec celle de la région parisienne.

Un chauffeur sympathique nous attend pour nous transporter à l’hôtel Volubilis, 4 étoiles normes locales, situé sur la grande avenue de la ville nouvelle. Notre impression est favorable dès notre arrivée dans le grand hall décoré en style local. Notre grande chambre d’une propreté impeccable possédait une terrasse donnant sur le jardin et la piscine. Les nageurs étant rares, c'était donc très calme. Les effluves parfumés des orangers en fleurs embaumaient l’atmosphère, de nombreux oiseaux nichaient dans les creux des palmiers et froufroutaient dans un va et vient continuel, tout en nous ravissant de leurs chants. Beaucoup de fleurs sont déjà épanouies, les rosiers commencent à fleurir alors que chez nous les boutons ne sont pas encore visibles. Ce très joli hôtel s’est avéré correct à tous points de vue. Le personnel charmant était toujours à l’écoute, l’abondance de la nourriture variée du buffet pouvait satisfaire les plus difficiles.

Le lendemain après-midi, une première visite des extérieurs de Fès s’impose ! Un car nous emmène faire le tour de la ville nouvelle et de l’ancienne. Un premier arrêt surplombant la Médina permet d’observer un panorama grandiose, allant de la vieille ville jusqu’à l’important cimetière juif. La Kasbah Chrarda transformée en hôpital et en école donne une idée de la grandeur passée dont certains vestiges datent du IXème siècle. Cette Médina, la plus ancienne du Maghreb est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.
Nouvel arrêt pour admirer le Palais Royal et ses imposantes portes dorées restaurées depuis peu. Une promenade dans le quartier juif de la Mellah nous fait découvrir la mosquée Andalouse et les maisons des juifs Andalous dont les balcons en fer forgé rappellent le sud de l’Espagne.
Le guide nous conduit dans la boutique des dinandiers dans le quartier d’Essaffarine où les marchandises en cuivre et argent nous sont proposées. Après être remontés dans le car, nous continuons notre circuit jusqu’à la prochaine étape consistant à contempler le point de vue sur les ruines de la forteresse Boy Nord sur un versant de la colline et les tombeaux des Mérinides sur l’autre versant. Une promenade finale vers le complexe des potiers nous permet de comprendre le travail des artisans mais nous subissons le passage obligé dans le magasin pour la vente d’objets fabriqués sur place.

Le troisième et le quatrième jour de notre arrivée, la pluie s’est mise à tomber avec force sans nous démoraliser ! En partant de l’hôtel, une promenade à pied sous la pluie dans la ville nouvelle n’était pas désagréable et, pour se rendre jusqu'à la Médina, de nombreux taxis étaient à notre disposition pour moins d'un euro ! Le musée ethnologique Dar Batha visité avec curiosité contient des ustensiles, armes et vêtements typiques de la région mais son entretien laisse à désirer. Les souks ne sont pas comme ceux de certaines villes où le harcèlement est de rigueur. Les marchands nous laissent libres de regarder sans intervenir pour nous forcer la main. Nous avons beaucoup apprécié la gentillesse des Fassi très aimables et souriants, toujours prêts à nous renseigner.

Le beau temps revenu nous a incité à faire quelques excursions avec un guide et un couple de vacanciers.

Le samedi 5 avril, une belle route nous conduit à Volubilis puis à Mekhnès. Quelques arrêts permettent d’admirer les panoramas et les paysages de la campagne très verdoyante avec ses champs de blés, de fèves et de pois chiches, bordés par de magnifiques mimosas. De nombreuses plantations d’oliviers témoignent de l’importance des olives dans la cuisine locale. Sans doute pour ne pas perdre un pouce d’une terre fertile, le blé est semé entre les arbres.
Nous découvrons le lac du barrage et son immense étendue d’eau.
La visite des ruines de Volubilis est un lieu chargé d’histoire à ne pas manquer. L’antique cité romaine située sur les bords de l’oued Khoumane à 30km de Meknès, s’étend sur plusieurs kilomètres où de nombreux vestiges témoignent de son importance dans l’Antiquité. Les magnifiques mosaïques admirablement bien conservées valent le détour.

De la route, nous apercevons la ville sainte de Moulay Idriss Zerhoun où repose Idriss 1er le fondateur de Fès. A Meknès, des remparts extérieurs très bien conservés encerclent la ville. La visite des anciens greniers Hri Souani puis un déjeuner au restaurant nous reposent de notre périple. L’après-midi, une promenade dans les souks suivie d’une pause-café sur la place El Hédin nous permet de contempler l’animation ambiante. Nous visitons la Mosquée et donnons un dernier regard sur la grande porte Bab Mansour avant le retour à Fès.

Le surlendemain nous programmons la visite d'Ifrane et d’Azrou dans l'Atlas. Après avoir traversé Ifrane, un arrêt panoramique au Parc National de l’Atlas nous laisse éblouis par tant de beauté. En nous enfonçant dans la forêt de cèdres située à près de 2000 mètres d'altitude où vivent des singes macaques de barbarie dits Magots, nous en avons aperçu plusieurs qui venaient vers nous. C’était très plaisant de voir ces petits animaux peu farouches faire des acrobaties dans les arbres ou s’approcher pour quémander quelques cacahuètes. Sur la route du retour, une pause nous a permis d‘en voir davantage. Il ne faut pas les toucher car ils sont sauvages et n’hésitent pas à mordre si on les ennuie, surtout quand il y a des petits agrippés sous le ventre de leur mère comme c’était le cas.
Ensuite, nous avons fait étape à Azrou, petite ville Berbère typique située à 1250 m d'altitude où les toits des maisons sont en tuiles rouges. Nous avons déjeuné dans un snack et visité les boutiques d’artisans.
Arrivés à Ifrane nous avons été surpris par l’architecture européenne des maisons. Cette petite station de montagne surnommée la Suisse Marocaine est une villégiature de sports d’hiver, d’une propreté impeccable où l’air est très pur. Située à 1650 mètres d’altitude, elle est enneigée tout l’hiver. De nombreuses cigognes nichent sur les cheminées et les poteaux.

Le mardi 8 avril, nous partons à la découverte de la Médina historique en car.
Les principales portes dont la porte bleue ou Bab Bou Djeloud, les anciens palais transformés en hôtel de luxe, les nombreuses mosquées sont autant de sujets d’émerveillement. Dans les souks, certaines ruelles sont si étroites qu'on ne passe pas à deux. Nous faisons connaissance avec le marché aux légumes, le quartier des teinturiers et celui des tanneries Chouara où le travail pénible des tanneurs est impressionnant. Le seul bémol est la traversée obligatoire des magasins où nous sommes un peu trop sollicités pour acheter. La Mosquée où se trouve le mausolée d’Idriss II est très intéressante sauf que le tombeau est interdit aux non Musulmans. Un ancien caravansérail transformé en musée du bois nous fait découvrir de nombreux objets usuels anciens avant de retourner à l’hôtel.

La veille de notre départ, nous nous rendons à Sefrou dans l’ancien quartier juif de la ville. De nombreuses maisons sont en ruines, les rues sont sales et étroites, la rivière est remplie d’ordures. C’est un grand contraste avec la ville nouvelle, propre et coquette. Après avoir contemplé la cascade de l’oued Aggay nous faisons route vers le village troglodyte de Bhalil créé par des juifs vers le XIVème siècle. Le car s’immobilise devant le panorama et les cimetières Arabes et Juifs avant d’arriver au lieu de notre destination. Le village semble très pauvre, les maisons encore habitées sont creusées directement dans la montagne, l’effet est surprenant. Nous nous dirigeons vers l’une d’elle habitée par Aïcha, une femme de 90 ans à l’accueil chaleureux. Elle se prête gracieusement aux séances de photos. La maison est fraîche, meublée de l’indispensable et d’ustensiles de cuisine avec une photo du roi accrochée au mur. Les chambres creusées dans la roche sont à l’étage. Une famille entière a vécu dans cet espace pendant des années mais maintenant la vieille dame y vit seule sans eau courante ni électricité. Elle nous offre le thé mais sachant que l’eau est puisée dans le torrent où sont versées les eaux sales, nous refusons poliment, trop soucieux de notre santé. Tout à coup, elle se saisit d’un seau qu’elle pose sur sa tête après s’être enveloppée d’un châle et me prend le bras pour la photo souvenir. Je lui fais la bise en la quittant sans oublier de lui glisser quelques billets en remerciement. Nous restons rêveurs en pensant à la vie rude de ces personnes très pauvres qui restent dignes.

Riches de nos nouvelles connaissances, heureux d’avoir bénéficié d’un ensoleillement magnifique et d’une température estivale, nous avons regagné notre domicile le vendredi 11 avril.

Si vous avez envie de dépaysement sans trop vous ruiner, je vous recommande le Maroc où vous trouverez une population accueillante parlant Français. Il y a tant de choses à découvrir et de paysages variés à admirer qu’un seul voyage ne suffit pas, il faut y aller plusieurs fois, autant à l’intérieur qu’au bord de la Méditerranée ou de l’océan Atlantique. La saison idéale est le printemps et l’automne.

Voir plus

J'aime (0)

Nous avions réservé au SOFITEL IMPERIAL MARRAKECH du 29 décembre au 5 janvier 2013
que nous connaissions déjà y étant l'an passé en mars. Le repas + la soirée étaient réservés et nous avons savouré tout ceci en "extra régal". En effet, tout avait été préparé aux petits oignons du début jusqu'à la fin. Pour commencer, entrée en VIP avec prise de photos, grands rideaux rouges dans le patio, puis installation à nos places réservées et notées, sur la scène groupe de belles créatures de cabaret semblables au "Crazy Horse", et le commencement d'un service de plats de présentation raffinée et délicieux, " foie gras , saumon, etc . . .
Puis Le trou Normand et dépôt à chaque couvert d'un sac argenté contenant "Les Cotillons " chapeau scintillant, loup, confettis etc . . . Ouverture de la piste de danse, ambiance excellente, chacun participant avec beaucoup de gaité.
Puis reprise du repas, desserts, bûche glacée, toujours de qualité, champagne, et à nouveau danse endiablée, jusqu'à 2h du matin environ.. .
Tout le personnel de l'hotel, technique de pointe, avec une hospitalité du Maghreb, donc ça valait vraiment le déplacement en avion d'aller passer le 31 décembre au Maroc.
Donc n'hésitez pas à partir le 31 décembre 2013 à Marrakech pour vous éclater .. .
INCH " ALLAH .. . PAT ET CLO

Voir plus

J'aime (4)

Marrakech la belle, ville aux mille épices, aux mille saveurs… Destination repos, destination détente.. Le dépaysement total à portée de main..(vol(s) ryanair à partir de 15 euros.
Marrakech ou la visite d’un autre monde, d’une autre culture.. Nous sommes en son cœur à mille lieues de la civilisation que nous connaissons. Nous sommes les témoins d’une autre vie, d’un autre temps…

Place Jeema el-Fna : le cœur de la ville... le cœur de la cité… Tout s’y mélange : les gens, les activités, les odeurs… Quelle atmosphère… On peut y manger sur le pouce (pour environ 5 euros), déguster un jus d’orange fraîchement pressé, acquérir des babioles en tout genre, ou bien encore s’offrir un tatouage au henné.

La nuit tombant, la place s’anime, les gens s’affairent, investissent les lieux… ils viennent des quatre coins de la ville, des quatre coins de la terre… Marrakech devient alors, une ville cosmopolite….

Les petites rues s’animent elles aussi, elles vous bercent, vous enivrent et vous mènent tout naturellement vers les Souks, centres névralgiques de la cité, folklore local pleinement développé… Les vendeurs locaux vous y attendent de pied ferme : « plaisir des yeux la gazelle » , « pas cher viens voir, presque gratuit !!! »…. Gazous, gazelles et locaux rivalisent alors de paroles et les négociations vont bon train… Marrakech, ville du commerce à l’ancienne…

Toi, voyageur qui foule cette terre, ne prends pas ses habitants de haut et ne passe pas outre les règles du commerce local : ici, le marchandage est roi !!
La ville est en constante effervescence... Il y a mille bruits, mille cris, mille odeurs et mille bonnes affaires à ne pas rater… Une joyeuse cohue s’installe sur les points stratégiques de la cité. Parfois, le soir notamment, il est bon de rejoindre ses quartiers… loin du brouhaha ambiant… Marrakech offre alors à ses visiteurs mille possibilités, mille choix..

Au détour d’une ruelle, derrière une porte close, dénuée de quelque indication que ce soit, se trouvera votre havre de paix, le Riad qui abritera vos mille et une nuits.. Si proche mais pourtant si loin du tumulte de la ville, une autre dimension s’offrira à vous…
Notre havre de paix fût le Riad Khôl (121 derb Sidi Ahmed Soussi, Médina).. Le paradis sur terre : un décors mauresque luxueux aux détails soignés, des employés serviables et d’une gentillesse à toute épreuve…des petits déjeuners d’une qualité et d’une finesse exceptionnelles… Le plaisir des yeux et des papilles (merci booking cf. notre hôte). Je ne saurais que vous le conseiller…

Quelque soit votre choix, prenez « le temps de vivre » au sein de votre Riad, le temps d’apprécier le silence, le goût surprenant d’un thé à la menthe marrakchi autour du patio.. En fin d’après-midi, montez sur la terrasse (veillez à ce que votre Riad en soit pourvu, le spectacle vaut réellement le détour). Marrakech vous livrera alors ses secrets et, à heures fixes, une de ses plus belles parades : l’appel à la prière. Une parade d’exception, des « chants uniques », des prières qui apaisent, envoûtent bref, des instants de communion en plein cœur de la médina, instants sacrés que l’on ne peut oublier…

Marrakech, ville chantante…Marrakech, ville aux mille traditions…
Toi, visiteur qui foulera ce sol sacré, soit attentif aux mille beautés de cette ville, et aux signes qu’elle décidera de t’envoyer …car si tu sais l’écouter, une partie de son âme, avec toi, elle daignera peut-être partager ….

Voir plus

J'aime (2)

Soucis, trop de gris en cette fin d'année. Pour combattre tout ça, je décide au pied levé de partir quelque part, changer d'air pour changer d'humeur. Pas très voyageur, pas très fortuné, une destination proche me conviendra. Au hasard, mon choix s'arrête sur Marrakech. Un peu difficile de trouver un riad libre en dernière minute pour la toute fin d'année mais finalement, j'en déniche un.
Cette ville rouge, depuis l'avion est déjà étrange, quadrillage ocre sans saillie, comme un jeu de cubes.
A la sortie de l'aéroport, les rosiers ont l'air souffreteux dans des parterres faméliques, mauvais présage? L'avenue vers la ville est banale, pas terrible... Mais le taxi quitte soudain cette avenue pour franchir une porte monumentale majestueuse et là: fabuleux!, je quitte le moment présent, je suis dans un autre monde: des couleurs, un vacarme, des tenues bigarrées, un fouillis inextricable de ruelles (comment vais-je me diriger?), un fouillis de gens, de marchandises sur les trottoirs, de véhicules improbables: vélos, vélomoteurs, voitures, camionnettes mais aussi ânes, charrettes, triporteurs. Je voudrais tout voir mais ce tourbillon se métamorphose perpétuellement. Et puis, l'estocade: au détour d'une ruelle, en pleine figure, les odeurs: puissantes, multiples, premier contact avec la magie des épices et des senteurs. Elles m'accompagneront au long du séjour avec tous les excès dont cette ville est coutumière, mélangeant les odeurs à l'envi, encore un nouveau kaléidoscope!
Une autre surprise m'attend à la rencontre de mon hébergement. Mon guide me fait passer une petite arche, nous quittons la fourmilière de la rue et je me retrouve soudain dans un passage calme entre de hauts murs sévères. Les rares fenêtres semblent percées au hasard sur les façades austères. Mais sitôt passé le seuil du riad, nouveau transport dans un autre monde fait de calme, de raffinement, de beauté et d'équilibre comme si tout était conçu pour rendre chaque sens ébloui et serein. Tout n'est que contraste, contraste révélant encore plus le raffinement et le bonheur des sens pour lequel cette ville semble avoir été créée.
Bien sûr il y aura aussi dans ce séjour, les visites des monuments, dentelles de stucs et de bois , bien sûr il y aura des excursions dans encore un autre monde, celui de la campagne, des monts de l'Atlas, bien sûr, il y aura les visites étourdissantes et les marchandages dans les souks. Tous ces univers rencontrés en passant par les portes presque initiatiques qu'il m'a fallu franchir m'ont enrichi. Je suis plus riche de leur richesse.
Etrange, sur le tarmac au moment de partir, je veux déjà revenir! Je ne sais pas alors que commence une longue histoire d'amour avec cette ville, cette visite n'est qu'un premier rendez-vous auquel succèderont bien d'autres.
Toujours, je reviens dans la médina où bat le coeur de la ville et je continue à me perdre dans ses mille ruelles. Dans le riad, je déguste une gastronomie spécialement préparée pour moi: je suis toujours, aujourd'hui, captif des charmes de cette ville et heureux de l'être!

Voir plus

J'aime (4)

surgit de nulle part
un serpent asphalté
il nous mène à elle
suivez moi
derrière la montagne
à trois, quatre pas de dromadaire
attention dans les virages
non ce n'est plus très loin
je sens le thé à la menthe
qui nous attends.

j’entends déjà le
tak tak tak
des faiseuses d'huile
par des coups de pierre habile
les mains serviles
égrainent et moulent
une huile bienfaisante
depuis l'arbre à épines
du noyau à la quintessence
argan victime de son succès.

journées rythmées
à chacun son rythme
à chacun sa tache
en fin de journée
le chant émane des dar's en pierre
les youyou des femmes déchirent le ciel

à peine l'enfance au dos
qu'au dos se porte l'enfant
terre de sienne
sienne de couleur
chaque pierre a sa raison d'être
et la sienne alors

planche à laver le linge à la main
la bassine lui fait de l'ombre
à huit heure du matin
elle va à l'école de la vie
en compagnie de pierres sur son chemin

tous les chemins mènent à l'école
à toutes les écoles

liens de palmier
tisser son ouvrage
à chacun son tapis.
textes: Sabine Syga

Voir plus

Vos prochaines vacances
  • vacances camping

    Camping
  • Téléphone anglais

    Week-end et Escapade
  • Seule sur la route

    Voyage en solo
  • Famille à la plage

    Voyage en famille
  • Spécial 15 jours

    Voyage deux semaines

Annonces Google