Billet d'avion Sénégal

Vos billets d'avion au bon prix !

Les principales compagnies aériennes

Compagnies régulières
KLM - Asia Airlines
Compagnies low-cost
Low Lines

Sénégal : infos pratiques

A la pointe ouest du continent africain, le Sénégal possède de multiples facettes et favorise autant le tourisme balnéaire que l’écotourisme. Nichée entre la forêt tropicale et le désert du Sahel, cette « terre de la Téranga » offre une initiation à l’Afrique, avec ses curiosités naturelles et ses parcs nationaux peuplés d’animaux sauvages, mais aussi ses grandes villes chamarrées, débordantes de vie et d’histoire. Et avec plus de 3 000 heures de soleil par an, les plages de sa côte Atlantique ont de quoi séduire les amateurs de farniente ! Mais le trésor véritable du Sénégal, ce sont ses ethnies métissées, qui partagent un sens de l’hospitalité et une chaleur humaine qui dépassent les frontières.

Climat

25 ° janv. 25 ° fev. 25 ° mars 25 ° avr. 26 ° mai 29 ° juin 30 ° juil. 30 ° août 30 ° sept. 30 ° oct. 29 ° nov. 27 ° déc.

A faire lors de votre voyage

Côté terre :

  • Observation des oiseaux dans les parcs nationaux du Djouj ou de la Langue de Barbarie, ou encore dans le parc national du delta du Saloum
  • Promenade aux alentours du Lac Rose, où les sauniers remplissent des pirogues de leur récolte
  • Safari dans le Parc national du Niokolo Koba

Côté mer :

  • Farniente sur les plages de sable blond de la Petite Côte
  • Sports nautiques autour du Cap Vert
  • Plongée autour de Dakar (Ngor, Ouakam, îles de Gorée, de Yoff, de Ngor et parc de la Madeleine), où de belles épaves abritent une vie sous-marine intéressante
  • Pêche sportive dans les eaux sénégalaises, parmi les plus poissonneuses du globe grâce à l’upwelling
  • Surf sur les rouleaux de la plage de Mboro
  • Balade en pirogue et pêche sportive dans le delta du Saloum et sa mangrove

Côté culturel :

  • Découvrir les grandes villes du Sénégal et leurs marchés (Kermel et Sandaga à Dakar)
  • Se promener dans les petits villages de pêcheurs et marchander des créations originales sur les marchés artisanaux
  • Marcher sur les pas des esclaves envoyés vers l’Amérique sur l’île de Gorée
  • Visiter le monastère de Keur Moussa dans la région de Thiès
  • S’imprégner de l’ambiance particulière des cercles mégalithiques de Wassu, témoignage des hommes de la Préhistoire
  • Apprendre les danses traditionnelles au son du Djembé
  • Déguster les plats locaux, du poulet Yassa au Ceebu jen

Spécialiste Sénégal : Victor Jouniaux

Sénégal : Vos récits de voyages

Concours Récits de Voyages : week-ends et repas gourmands à gagner ! Je participe

J'aime (8)

Une énorme bouffée de chaleur en sortant de l'avion, les sourires des porteurs de bagages et le départ de Dakar sur les pistes rouges de latérite, vers notre destination. Dans la nuit, le premier aperçu des baobab, que nous rêvions de voir, se dressant fièrement. Le campement et notre case : ouf ! Nous sommes enfin arrivés dans ce pays si accueillant. Il est facile de communiquer avec les villageois, car, bien qu'il existe une multitude d'ethnies, beaucoup sont chrétiens et parlent français.......... C'est un gros plus si on aime le contact et que l'on s'intéresse à leur culture.

Ensuite des visites à couper le souffle : le lac rose, où les femmes recueillent le sel, le delta du siné saloun, entre fleuve et océan, et ses milliers d'oiseaux que l'on peut voir de très près si l'on navigue en pirogue. il y a aussi l'ile de joal fadiouth, où l'on peut accéder à pied car cette ile a été formée par les hommes qui depuis des millénaires, ne sachant que faire de leur coquillages, les ont emportés au large cette ile "aux coquillages" s'est formée, et il y pousse même une jolie végétation/c'est simplement incroyable. Nous avons eu aussi la chance de voir des marchés de brousse : c'est un groupement de vendeurs de tous les villages alentours et où tout se vend : animaux, tissu, vaisselle et bric a brac de tout genre. Nous avons pu y manger aussi, car les femmes préparent d’énormes chaudrons de leurs spécialités et l'on y mange très bien.

J'ai gardé l'ile de gorée pour la fin ; elle retrace l'esclavage en Afrique et bien qu'ayant vu un reportage sur le site, j'ai ressenti une telle émotion que j'en avais le poil hérissé et une forte envie de pleurer. C'est ça le Sénégal, entre rire et larme. Son peuple est chaleureux et accueillant. Ce n'est que rires et joie, malgré la pauvreté de certains/ nous y avons fait de belles rencontres !! Tant est si bien que nous sommes totalement tombés amoureux de ce pays et ne pensons plus qu'a y repartir.

Voir plus

J'aime (33)

CARNET DE VOYAGE
Tout ce qu’il faut que je raconte est trop long pour un message ou un texto! Me voilà rentrée du Sénégal avec les images les mots les émotions gravés en moi pour toujours. J’ai enfin réalisé mon rêve Africain ! J’ai eu tout au long de mon séjour à chaque jour chaque instant la sensation que je vivais quelque chose d’unique et qu’il me fallait l’ancrer au plus profond de moi.
Je ne crois pas au hasard des rencontres et des moments je pense qu’ils arrivent lorsqu’au fond de nous nous sommes prêts à les recevoir Nous avons fait de belles rencontres avec des gens beaux dans leur cœur et âme et nous en sommes rentrées chamboulées !
Nous avons démarré 3 jours avec MBAYE et MODOU qui sont cousins et travaillent ensemble avec eux nous avons commencé notre périple par la visite de Saint Louis qui ressemble un peu à la Louisiane ou à Saint Pierre à la Martinique la ville entière est classé par l UNESCO le port nous a perforé les narines avec le poisson qui putréfie au soleil Malgré que Modou nous disent que les pêcheurs ont un style de vie à eux nous ressentons la pauvreté des enfants polygamie à outrance 4 femmes et 5 enfants en moyenne donnent des familles de 20/24 enfants ! Mohamed que nous rencontrerons plus tard nous expliquera que le coran dit en priorité qu’il faut que tu apportes d’abord le bien être à ta femme et tes enfants et que seulement ensuite si tu as les moyens tu as la possibilité de prendre une autre femme mais que certains musulmans ne respectent pas toujours la parole du prophète !
Après Saint Louis nous partons pour le désert de Lompoul arrivée au village peulhs nous faisons la connaissance d’Aïssa qui nous ouvre sa case qui a envie de parler et communiquer avec nous elle est jeune a 4 enfants dont un bébé qui dort je photographie les enfants et lui troque les photos contre qq échantillons de crème elle est contente nous aussi puis 4x4 pour arriver au campement dans le désert erg nous avions déjà été dans le Sahara en Egypte.
Les tentes Mauritaniennes sont confortables nous mangeons le méchoui le soir et sous la tente avec le vent et lampe tempête devant la tente. Vers 3h du matin je me réveille sort de la tente et vit l’instant magique tant attendue la lune le désert le vent le silence et moi……
Le Lendemain nous partons en langue de Barbarie (car était autrefois occupée par des barbares mauritaniens) passer notre journée chez l’habitant leur maison est cossue ils ont des revenus grâce au tourisme et leur maison d’hôtes le père de famille nous reçoit et nous fait visiter sa maison avec cour intérieure pièce salon pour manger parler siester en carrelage et bien décorée puis en enfilade chaque pièce : du père, de la 1ere femme de la 2ème femme des enfants des ados garçons et des ados filles nous allons aider les femmes à la cuisine Domy trie la brisure de riz moi je pile les condiments épices et autres les enfants sont là timides réservés voire apeurés surtout moi et mes mèches blondes je décide un coup de poker tout en pilant je me met à remuer du popotin en chantant en yaourt « ahouanwchabada toukalamira » et çà marche ils éclatent de rire et commence à approcher ils ne me lâcheront plus jusqu’au départ !
Lorsque le repas et prêt brisure de riz tomate poisson légume patate douce poivrons carottes navet courgette délicieux nous mangeons assise parterre mais avec une cuillère tout de même les ados ont eu la permission de venir avec nous ils sont content ils veulent parler foot bien sûr « Niang Diawarra » mais Youssou Ndour ils sont fiers de voir que les « toubab » connaissent leur idole ! Après le repas nous jouons avec les enfants qui se détendent de plus en plus puis avant de repartir le maître des lieux nous fait l’honneur de venir avec les hommes faire la prière de remerciement à dieu nous tournons nos mains vers le ciel et les écoutons.
Nous poursuivrons notre route avec petit arrêt à Thiès et son musée. Nous rentrons à notre hôtel ou la patronne nous a surnommée les « baroudeuses » Nous disons au revoir à Mbaye et Modou échangeons nos e Mails et les remercions de ces trois jours formidable.
Après une journée de farmiente au bord de la piscine nous partons tôt 5h45 pour Wassadou notre chauffeur nous attend il s’appelle batyssow c’est un monsieur d’un certain âge un peu cabossé mais super gentil et surtout généreux avec tout le monde on le verra au cours de notre périple avec lui nous sommes restés 3 jours avec lui il n’aura de cesse que d’améliorer le quotidien des ses concitoyens ! Le seul petit soucis de batyssow c’est qu’il ne connait pas la pédale du frein ! Nous ferons les 600km en 6h30 !! Nous arrivons au camp de wassadou sous une chape de plomb 48° de chaleur sèche moi ça va mais domy souffre !
Le camp est une carte postale posé sur le fleuve de Gambie les chaises longues et hamacs à l’ombre d’un gigantesque fromager nos cases sont spacieuses et fraîches le personnel y est d’une gentillesse malgré leur condition de travail les patrons de cet endroit fabuleux sont des blancs a qui il faut virer l’argent sur un compte suisse ?! Trouve élégant de mentionner dans les cases que toutes les taxes et pourboires sont inclus dans le prix qu’ils mettent à la disposition de la clientèle un service de lingerie « gratuite » Nous ne les saluerons pas le soir lorsqu’ils font express d’arriver dîner alors que toute la clientèle est déjà à table pour que tout le monde les voient bien bref des « gros cons » de coloniaux comme ils en existaient avant l’indépendance !
Nous partons dès le lendemain matin 7h avec Babacar chauffeur squelettique de 1m85 et qui est apparemment malade et Mohamed notre guide 4x4 3h le matin 3h l’après midi pour faire un vrai safari c'est-à-dire que pour voir les gazelles les phacochères et singes il faut s’écarquiller les yeux car à la différence de la savane kenyane nous ne quitterons jamais la piste cela est impossible il faut donc faire beaucoup de piste pour avoir la chance d’apercevoir un animal mais cela fait rien malgré la fatigue les fesses couvertes de « bleues » nous savourons l’instant Mohamed et un garçon attachant qui est très professionnel et s’occupe de nous comme des « princesses » nous ne lèverons pas le petit doigt durant ses deux jours. Le soir arrivant nous descendons sur le lit du fleuve pour bivouaquer l’endroit est fabuleux babacar et Mohamed installe le campement lit pliable et moustiquaire pour dormir à la belle étoile ils partent se laver dans le fleuve bon nous ferons lingette !! Babacar s’installe lui une petite tente quand nous lui demandons pourquoi il nous répond dans un Français qu’il maîtrise mal il n’a pas été à l’école que c’est pour se protéger de la « neige » du matin pas bon pour le palu nous lui disons que c’est la brume pas la neige comprenant qu’il a le palu je lui donne un doliprane 1000 comme il n’en a pas l’habitude ça tient du miracle pour lui en 5mm il n’a plus de maux de tête je lui file la plaquette et il nous prendra pour des guérisseuses par la suite….
Le soir dîner pot au feu au feu de camp super bon désert papaye et nous partons nous coucher pour passer la nuit seule au milieu de nulle part avec deux sénégalais ! domy aura du mal à s’endormir par contre Mohamed passera toute les heures à raviver le feu pour nous protéger des « bêtes »
Nous parlerons religion encore et encore j’en profite pour une fois qu’un musulman explique sa foi nous parlerons condition de la femme j’apprends et constaterai plus tard que malgré la polygamie les femmes sénégalaises ne sont pas soumises loin s’en faut !!! Mohamed n’a pas vu sa famille depuis 8 mois il lui faudra attendre encore 2 mois que l’hivernage arrive et ferme les portes du tourisme.
Le lendemain midi nous posons notre glacière au Mirador et nous y trouvons les gardes du parc nous resterons avec eux à palabrer et faire la sieste ! Enfin moi surtout Domy un peu trop tendu pour siester qu’avec des Sénégalais !
Nous rentrerons au camp tout de même fatiguées par 12h de 4x4 à notre âge ça fatigue nous y retrouvons notre jeune couple de routard qui a fait escale avec leur camion et leur deux chiens ! ils sont sympathique même s’ils sont complètement hors société et nous passerons notre temps libre avec eux à écouter leur anecdote de voyage Maroc Mauritanie.
Je demande à Mohamed si une lingère pourrait me laver mes 2 shorts blancs devenus rouge et mon sac de voyage pas de problème nous allons au village « employé » tous vivent ensemble au milieu il y a le lavoir comme autrefois je laisse mes affaires et lorsque je les récupère je n’ai jamais vu une telle blancheur je suis épatée par cette gamine de 15 ans environ et bien sûr je lui laisse un pourboire 5000cfa (7.50€) elle fait des bond de 2mètres de haut tout le personnel sera au courant qu’une mère Theresa est venue ! Même battysow nous en parlera sur la route du retour ! c’est pour dire ce que les gens sont généreux à croire que j’étais la première à donner un truc puisqu’ils notent que les pourboires sont compris ! Pour laver le linge des cases draps serviettes du restaurant nappes serviettes tout à la main au lavoir elles gagnent 30 000cfa soit 45€ par mois !
Nous repartons de wassadou après y avoir séjourné 5 jours jamais nous n’oublierons ce lieu magique ces gens d’une authenticité j’ai répété sur le chemin du retour voila la super cagnotte du loto je rachète wassadou.
Nous rentrons donc avec notre ami Batissow qui en route s’arrête acheter du bois du charbon distribue 1000cfa a l’un qui li a rendu service 1000cfa a l’autre et 100cfa aux enfants qui mendient
Il nous arrête dans un petit café d’un autre monde pour le petit dej tenu par un libanais catholique qui poursuit sa quête spirituelle dans les monastères du monde nous y rencontrons également une vieille négresse blanche comme elle se présente nous fait sa généalogie son grand père a épousé une sénégalaise elle est née ici à Kaolack blanche avec le faciès de l’africain et des pigasses sur tout le visage .
Nous demandons à Battissow son prix pour le garder encore demain toute la journée car nous devons nous rendre dans la région de Diamianio pour y retrouver les représentants d’Aide et Action et aller à l’école de mon filleul Sidaty il nous dit c’est vous le chef faites le prix nous savons que les gens demandent environ 25000cfa nous lui proposons 40 il dit d’accord c’est toi le chef il dormira dans sa voiture pour nous récupérer le lendemain matin.
Départ pour rencontre de l’Association Aide et Action et Sidaty nous arrivons au point du RDV et partons tous ensemble pour NDOYENDE école de Sidaty lorsque nous arrivons nous trouvons une jolie école propre au volet vert il y a 6 classes de 25 élèves environ nous rencontrons d’abord le directeur de l’école qui nous informe de ses problèmes à maintenir les enfants à l’école les filles car souvent elles restent à la maison pour aider aux tâches ménagères et les garçons peulhs car ils sont souvent utilisés pour garder le troupeau.
Nous arrivons dans la classe de Sidaty et là c’est le choc tous les enfants sont curieux et contents de voir du monde ça pialent de tous les bords le seul enfant triste et tête baissée c’est Sidaty après qq moment je dis au Maître il est très timide sidaty et là me répond que c’est difficile pour lui qu’il vit dans des conditions de précarité grande et que sa maman est décédée ! cela a été vraiment difficile pour moi d’entrer en contact avec lui le seul moment où il a sourit c’est lorsque j’ai dit tout haut à toute la classe le plus gentil et sage c’est Sidaty je négocie avec l’association qui ne prend jamais d’argent de donner 45€ à l’habiller un peu mais surtout à payer un lycéen pour lui assurer un soutien scolaire Sidaty sera le lien entre le Sénégal et moi c’est sûr même si sa scolarité va durer 4/5 ans je ne le laisserai pas tomber après impossible il est tellement beau tellement triste nous avons fait des photos j’ai donné mes livres cahiers stylos et graines pour le potager et après 2 h nous repartons le cœur gros Batissow a cette phrase çà va passer il faut que çà passe….. Nous aurons appris des expressions de Batissow comme ça par exemple te laisse pas traiter de Toubab si on te traite de toubab traite le de Bougnoul mon dieu non c’est une injure chez nous eh non ici cela veut dire noirs !
Arrivée à l’hôtel nous quittons Batissow en lui rallongeant de 10000CFA de pourboire mais surtout nous avons compris que cet homme nourrit au moins 15 personnes comme beaucoup de sénégalais il me prend la main dans ses deux mains et me dit je suis content d’avoir rencontré des belles personnes à grand âme comme vous nous avons les larmes aux yeux en quittant Batissow nous savons nous aussi que nous avons vécu 3 jours avec une « bonne » personne.
Nous terminerons notre Séjour par la gaité, la Joie de vivre, la roublardise et l’enthousiasme de Mama Diene qui a parfaitement su s’adapter se fondre se mouler dans la peau des européens tout en gardant la gouaille de son sang sénégalais ! Nous terminerons donc par Gorée, ile de siné saloum avec lui Visite « VIP » nous nous levons à 3h45 pour partir 4h vers Dakar et passer à travers les embouteillages de cette ville engorgée de 6h30 le matin à 19h30 le soir sans interruption ! Nous arrivons au port de Dakar peu avant 6h juste pour prendre le premier bateau nous ne sommes pas plus 5/6 sur le bateau nous arrivons sur l’ile de gorée il ne fait pas encore jour Mama Dienne donne un petit bakchich au cafetier pour nous faire un petit déjeuner avant l’heure ….
A 7H15 à la pointée du jour nous partons à la découverte de Gorée seules avec les Habitants qui se réveillent nous parcourons l’Ile de ruelle fleurie en ruelle décorée de tableaux africains sous les explications de Mama Diene et de son maillot de l’OM acheté par des « blancs » de toute façon Mama Dienne a tout de payé par les Blancs sont portable smartphone ! ses vêtement ses bijoux car en plus de guide il surveille les chantiers de maisons de blancs !
Ensuite vers 9h à nouveau bakchich au gardien de la Maison des esclaves et le musée de l’histoire pour toujours une visite guidée « VIP » la Maison des Esclaves et quand même un choc pour nous car nous nous apercevons que l’on ne nous a jamais dit ou appris même à l’école « notre » histoire car c’est notre histoire nous faisons partie du peuple qui a le plus utiliser les esclaves avec les deux ports négriers les plus importants que sont Nantes et Bordeaux .
Nous sortons de nos visites complète VIP vers 11h00 direction le Saint Germain petit Restaurant familial depuis 1903 et la patronne nous fait découvrir le plat local dont j’ai oublié le nom riz avec fruit de mer à la tomate ensuite au café vers 11h45 le premier bateau « blancs de monde » comme dit Mama diene arrive nous le prenons à contre sens puis visite du Dakar chic ambassade mais nous ne pourrons éviter les embouteillages du retour !
Le lendemain direction l’Ile aux coquillages, Joal le village de Léopold sédar senghor iles du siné saloum mart loch puis retour Mbour pour marchandage des derniers achats.
La particularité de l’île au coquillage hormis le fait que le sol n’est qu’un tapis de coques blanche et sa cohabitation musulman et catholique cette île est un exemple même le cimetière les morts y sont enterres ensembles l’église et sa flèche pointe juste à côté de la mosquée et cela dure depuis des siècles sans problème notre guide local qui s’appelle Dominique croise un ami musulman qui le voyant avec nous lui scande alors Dominique depuis quand est tu devenue polygame réponse depuis 10mm !! Nous nous dirigeons ensuite sur une piste de latérite entouré de baobab de manguiers et autre arbres le paysage est sec mais superbe la musique est là bob Marley youssou Ndour et les rires aux éclats de Mama Diene chambrant le chauffeur d’une timidité rare on est bien on s’arrête vers un baobab creux Mama Diene veut absolument que l’on y monte j’accepte bien sûr l’un me tire par les bras l’autre les fesses ! photos pour immortaliser nous arrivons à Joal coloré les femmes ont des tenues de plus en plus haute en couleur c’est superbe nous prenons la pirogue à moteur pour traverser le Siné Saloum nous y verrons des hérons cendrés des pélicans des oiseaux superbe traversée on s’arrête près des palétuviers se servir de qq huitres puis nous arrivons dur l’île Mart Loch le bonheur à l’état pur jolie petite île super déjeuner sieste dans le hamac puis visite à charrette du village en plein soleil vers 15h30 un petit 45° nous tenons le coup ! Nous continuons à prendre des fous rires avec Mama Diene et ses histoires… Retour à l’hotel
Le soir soirée Africaine pour terminer notre séjour danse chant nous commençons à nous rendre compte que le lendemain c’est le départ nous quittons Mama Diene sous les rires et les embrassades et partons nous coucher sachant que c’est fini…………….
Mettre le pied en Afrique et toucher et fouler cette terre c’est aussi accepter d’aller toucher fouler au plus profond de soi pour en faire sortir le meilleur l’Afrique vous rend bon modeste nous le savons nous y étions…………………..

Mars 2010

Voir plus

Vols en promo Promos vols Opodo
Vos prochaines vacances
  • noel au soleil


    Noël et Nouvel An au soleil
  • fevrier au soleil


    Vacances de février au soleil
  • Ski


    Vacances aux sports d’hiver
  • En solo


    Voyages en solo
  • telephone anglais


    Week-end et Escapade

Annonces Google

Inscrivez-vous pour recevoir en avant-première nos Bons Plans Voyages et Dernières Minutes !