Billet d'avion Pologne

Vos billets d'avion au bon prix !

Les principales compagnies aériennes

Compagnies régulières
AirFrance - KLM - Asia Airlines
Compagnies low-cost
Ryanair - Low Lines

Pologne : Vos récits de voyages

Concours Récits de Voyages : week-ends et repas gourmands à gagner ! Je participe

J'aime (8)

Bos juliette
78200 mantes la jolie

Périple en avion, bus et train en Pologne toussaint 2009 :
« I was slim before Poland »

1-VARSOVIE " la ville hyppie" par Juliette Bos, lundi 2 novembre 2009, 22:16

Cela faisait si longtemps qu’on n’était pas partie ensemble marie et moi !!!
J'ai fait une heure de cours, avec des petits vakljbvaekljbvekvbkl, pour deux heures de transport !

Mon vendredi après midi sera à rattraper plus tard, mais je vais le négocier avec mes heures de chorales doublées ... Je file faire les dernières retouches à ma valise, je canarde marie d'appels pour être sûre qu'elle parte à l'heure. On se retrouve à porte de maillot, elle est toute fière et narquoise du coup, car c'est elle qui est arrivée la première, ça aussi ça faisait très longtemps que cela ne s'était pas produit !!! Et hop quelques heures plus tard, nous voilà à Varsovie .
Petites frayeurs à l'aéroport polonais, il ressemble plus à une station de bus genre sous marque bulgare d'eurolines . Le car arrive et on descend à l'arrêt indiqué sur le plan de l'auberge de jeunesse. GUS . HA ce nom est difficile à oublier, c'est notre première impression de la ville : au secoursssssssssss .

L'arrêt est positionné sur une borne au milieu de nul part sur une arcade d'autoroute, on comprend qu'il faut prendre l'escalier désert pour arriver sur un autre ... branchement d'autoroute... on fait n'importe quoi, on traverse « à la fureur de vivre», et on trouve, je ne sais plus comment, notre auberge. Et là, merci, dieu !, l'hostel est magnifique, très coconning, et sommes ravie de nous coucher dans de belles couettes.

Le lendemain, nous préparons notre excursion vers le centre historique, qui est finalement assez loin de là où nous sommes.
Comment expliquer Varsovie : réduite quasie à néant par les allemands, qui ont dynamiter la plupart des monuments tenants encore debout, avant de fuir. Une honte pour le patrimoine détruit. Nombre de musée, exposant de minables photographies, et fac similé, ou des photographies de photographies, expliquent combien de sources ont été détruites durant la seconde guerre mondiale.
Du coup la vieille ville sent le neuf, on se croirait à hollywood, on cherche du regard Gary Grant, et Marylin Monroe ! On est prêt à entendre à chaque coin de rue « moteur». Tout ce que l'on a visité est de l'imitation de vieux, datant de 1950 à 1975 ! Les monuments et musées sont très mal indiqué, on marche beaucoup pour pas grand chose. Le mieux à voir est en travaux, ou décevant. Le samedi on est trop fatiguée pour chercher une boite, un restau et au lit ! Le soir fut une catastrophe dans l'hôtel, car il devait y avoir un match de foot important pour qu'une équipe entière de mâles en manque d'alcool envahissent l’auberge. Trois fois je suis venu leur demander s'ils ne confondaient pas bar et hostel, au début, ils faisaient semblant de comprendre, et à la toute fin ils finirent par rigoler au nez : j'avais les cheveux dans tous les sens, un pyjama rose en soie, avec l'entre jambe déchiré ( j'ai pas choisi le bon en partant …). Mauvaise nuit.

Le lendemain, un peu déçue de notre première journée nous retournons au rynek, qui maintenant je le sais, veux dire vieille ville, et ratusz, ne veut pas dire, « rat qui se touche», mais mairie !!! Nous profitons de nos places si durement acquises à une vieille dame aigrie au guichet de l'opéra pour nous satisfaire d'un concert-conférence dans cette sublime enceinte, car il ne jouait malheureusement pas de pièce durant notre court séjour. Nous enchainons avec un thé de grande qualité dans un sublime salon pour écouter un vieux pianiste improviser. La serveuse nous sert la théière avec un cache pour préserver la chaleur, genre cocarde phrygienne. Marie insiste pour que l'on se les mette sur la tête pour une photo, et chose rare, je refuse, car l'endroit me semble trop classe pour se genre de connerie ( marie si tu me lis, je te jure, on pourra le faire au flunch sans souci). Nous cherchons ensuite un des fameux milk bar, ces restau d'un autre temps, celui des communistes, où tout est triste et moche, car tant qu'à être identique autant faire simple, voir cheap . On en repère un qui ferme le soir, mais nous y retournerons pour notre dernier lunch avant le départ : tous les plats sont entre 2 et 4 szlotis !!! Mais le hic, c'est qu'il n'y a pas d'image ou de vitrine, du coup on mange au pif . J'ai dû commander deux fois, car le jus de betterave chaud c'est pas pour moi !!!! On se rabat sur un bar qui faisait restau dans une cave, et qui diffusait en boucle un film d'épouvante sur grand écran, le genre de taverne idéale pour les gothiques ou autre fan de Rammstein . Le soir en fait , on avait prévu de s'écouter une petit concert d'orgue dans une belle église du rynek . C'est beau sur le papier, mais franchement, au bout de la troisième fugue de césar Franck, j'ai beau sortir de musicologie, et avoir un ami curé, je n'ai pas tenu. J'ai insisté pour qu'on sorte .

Le lendemain, fut le grand départ, marie quitte la pologne, je lui promets de faire attention à ce que je vais manger, et me dirige vers la gare ferroviaire. On crit, rigole, s'époumone encore généreusement dans la rue avant de se quitter, c'était trop court !

**Lisez la suite du récit de voyage de Juliette BOS sur la page circuit Pologne sur VoyagerMoinsCher.com** **Lisez le début du récit de voyage de Juliette BOS sur la page billet d'avion Pologne sur VoyagerMoinsCher.com"

2- WROCLAW- « meine liebschöne » par Juliette Bos, vendredi 30 octobre 2009, 20:55

Haaaaaaaaa, la ville au nom imprononçable ! Apres maintes hésitations, partant de « vroclav»à «ouaf ouaf», ou à ouarsoif», Il faut dire «vrotsoi» !
Haaaaaaaaaaaa, enfin le boogie hostel ! Et en effet des couettes ( à enfiler moi même) m'attendent !
Pas de bol encore des petites kjbvkzbv anglaises dans ma chambre, suivies de tout leur fan club de boy friends gavés de foot ( encore !) , courtement vétues, et ne répondant même pas à mon «hello!»
bon, c'est pas grave, j'ai pris le pli maintenant! Un autre lit est pour le moment vide, on verra bien si la surprise est bonne ou pas.

Je pars faire le tour du rynek, qui est encore plus vaste et mieux conservé qu'à Poznan ! Suis assez fiere de moi, car peu de guide vente les mérites de cette ville, qui est souvent boudée des touristes, mais pour de mauvaise raisons à ce que je vois !!! La réception m'a indiqué un endroit pas cher où manger juste à coté ; J'y vais sans être trop aguerrie, et là, la stupeur : on paie son assiette au poids !!! en plus à partir de 19H c'est moitié prix !!!

Imaginez que depuis une semaine je ne sais pas ce que je commande, et c'est comme ça qu'on fini par boire du jus de betterave chaud !!!
Du coup, j'ai pris un peu de tous les plats dont j'avais les photos dans mon guide ! Tout n'était pas extraordinaire, mais en une assiette j'ai fait le tour des spécialités régionales et nationales !! Pas mal !!!
Le soir je profite du dortoir vidé des anglaises, pour me faire un moment de beauté : épilation, créme, gommage et masque ! De retour de la salle de bain, une serviette sur la tête et un masque peeling-jeunesse- Q10 BB12- et-autre-promesse-non-tenues-pour-2-euros...je rentre dans ma chambre et tombe nez à nez avec le «fameux occupant mystere du lit en face du mien»: allemand plutot pas mal. J'évite bien sagement de lui parler dans les yeux, car mon visage a une étrange allure, et échange quelque banalité avant de me coucher . Le matin, les 6 lits sont pleins, et personne n'arrive à dormir à présent car, comme toutes les auberges de jeunesse se fournissent chez IKEA pour se meubler, il faut se le dire : tout n'est pas bon chez eux : le sommier est un vulgaire grillage coupé en deux par une grosse barre, qui nous casse le dos ! On se lève tous bonnant malant, et l'allemand engage la conversation, mais là problème, je comprends pas son prénom, pour moi il a dit « grille pain»ou plutôt «toaster», et du coup je n'ose pas lui faire répéter de peur de partir en fou rire . Plus tard je saurai qu'il s'appelle TORTSEN, même pour un allemand c'est un prénom bizarre... il est cheminot et part à chaque jour de vacance dans toute l'europe avec des billets quasi gratos . Un mec idéal pour moi, très simple, rigolo, serviable, et aventurier. Il a les mêmes plans tordus que moi, genre, «allez en pologne pour acheter des boxeurs intimissimi à 2 euros moins cher qu'en italie !!!», on s'est acheté les mêmes chaussons immondes en peau de mouton, car trop content d'etre bien au chaud pour l'hiver, quitte à devenir anti-sexy !
Je me mets direct à fantasmer bien sur, mais n'arrive même pas à négocier de faire les visites de la ville ensemble. Je lui dis juste que je peux lui prendre des places d'opéra car je comptais m'y rendre, il décline, c'est foutu. Je pars à la quête de nouveautés visuelles et arpente toute la ville, à coup de château, d'églises, de cathédrale, de musées, et d'arrêt dans des beaux salons de thé. Je rentre enfin de journée épuisée, me change vite pour aller décemment vêtue à l'opéra. AH, Wroclaw, enfin une vrai salle, magnifique et grande, une vraie scène, je pourrai être à paris. Sauf que là bas je n'aurai pu changer ma place à 10 szlotis pour un premier balcon !!!

je m'esquisse du poulailler, et tombe nez à nez avec l'allemand, lui empoigne le bras et le dirige vers notre balcon privé !!!

DREAMS COMES TRUE ! DREAMS COMES TRUE !DREAMS COMES TRUE !

Pour une garçon simple et sans trop de diplômes, je m'aperçois qu'il est complètement fasciné par ces mélodies impressionnistes, à la fois torturées et envahissantes. Comme lui , je ne comprend pas grand chose à ce ROI ROGER de Schimanovski, opéra polonais, sous-titré en polonais. Mais on se plait à écouter . Entre chaque entracte nous nous canardons de questions, il me prend en photo avec lui à la fin du spectacle . Deux bières plus tard, et un mojito, je me jette sur sa bouche qui me narguait depuis trop de mots . Il est surpris, car il ne comptait pas m'embrasser m'a t-il confessé ensuite, car je le cite « je suis plus vieille ( un an de plus !!, il est timide ( «schuchtern» , c'est un de mes mots favoris), et que je suis prof ( vieux respect inutile à 28 ans ). Et voilà, la vieille je pleurais encore sur mon pc, via msn, sur mon inaptitude à séduire un garçon et là en quelques discussions, le hasard, ou plutôt destin, on arrive à se retrouver la nuit entière dans notre charring, qui par hasard, ou destin, se trouvait totalement vide. On mit au milieu de la pièce un matelas et nos couettes. Au déjeuner, nous échangeâmes nos mails respectifs, et promit de venir me voir en janvier .

Die kleine scwheine ist fröh !

Dur dur de se quitter, surtout en écoutant Rradiohead dans le train pour s'en remettre, mais les choses sont ainsi, et la suite du voyage m'attend : CRACOVIEEEE !!!





3- CRACOVIE – la douloureuse


par Juliette Bos, lundi 2 novembre 2009, 22:27


Ouiiiiiiiiiiin ! J'ai craqué, j'avoue, depuis 10 jours maintenant, je me fais violence pour ne pas trop manger, mais là, j'étais comme cosette devant cette vitrine si alléchante, j'avais froid ( malgré un collant, des chaussettes, un jean, un t-shirt, une robe-pull, un gilet, et deux gilets), faim ( surtout marre de manger soit des papates, soit du choux ou encore du choux et du choux), et mal aux pieds ( autant que jesus christ, sans les trous au milieu ); je suis entrée . J'ai pris pour me réchauffer un chocolat chaud au chocolat blanc, parfumé à l'orange confite, et pour faire fuir le goût de choux fermenté, une tiramisu glacé à la fraise, avec des fruits entiers, et de la crème. Voilà, j'ai réussi à ne plus faire tourner en boucle cette mélodie.

Depuis, mon arrivée à cracovie, je fredonne, siffle, chantonne, revisionne en boucle, le thème de la liste de schindler. Je sais que le film a été tourné ici, et que le lendemain, je visiterai les camps de concentration les plus meurtrier de la seconde guerre mondiale . Du coup les milks bar, c'est moins réconfortant …
La ville est magnifique, et reste authentique, je file au rendez vous donné pour un «free walking tour». Le monde entier est en ronde devant la cathédrale du rynek : usa, canada, mexique, suede, Angleterre, hollande, Italie, et moi seule française du lot . Pendant 4 heures nous allons arpenter la ville dans tous les sens , siècles et légendes ( le dragon du château de Wawel, le joueur de trompette prévenant l'invasion Tatar, les synagogues juives …). Je suis épuisée .

10 jours, que je redoute, 10 jours que je me prépare à cette visite. Il y a 15 ans, en voyage scolaire, j'ai eu l'occasion de visiter un camp, en Allemagne de l'est, mais là, c'est LE camps, 1 100 000 juifs y périrent en moins de 2 ans : Auschwitz I, qui fut triplé en taille, car il manquait de rendement, par Auschwitz-birkenau, puis agrandi encore vers le baraquement d' Auschwitz III, jamais utilisé pour cause de défaite nazie. Un car part le matin de Krakow, nous visionnons le film documentaire sur la libération du camp, et une heure et quart après nous voilà devant le baraquement I. Tout est d'époque, rien n'a été refait, et surtout rien ici n'est surfait. J'avais une peur bleue de tomber sur des musées haut en image de synthèse, et autre joujoux inter-actif, mais là, tout est fait avec retenue : l'entrée du musée est gratuite pour tous, il n'y a pas de carte postale et autre fadasserie pour touristes en vente, hormis les documentaires et livres de témoignage; la voix du guide, à la fois ferme et douce. Nous visitons baraque après baraque, et au fur et à mesure nous entrons dans l'horreur : de simples photographies agrandies et des tableaux, montrent pièces après pièces, la volonté d'exterminer un peuple . Les chiffres sont là : la france a livré 60 000 juifs, enfermés dans les camps de préparation au dernier voyage, j'ai nommé Lyon, Drancy, et Pithiviers. Des photos montrent même les noms et adresses des français, morts pour que d'autres montent en grade, dans ces convois si emblématiques en bois, que l'on voit encore de nos jours à l'arrière des gares... Sur une photo on peut lire les insignes de la SNCF... L'un d'eux habitait 25 rue richelieu à paris, je sais où sais, j'y passe parfois...
Auschwitz II, sera plus efficace, car tous les convois, arrivant de l'europe entière, desservent directement à l'entrée du camp, la liste de schindler a aussi été tournée ici. Nous entrons à présent dans les pièces entièrement remplies d'une infime partie des objet trouvés sur place : une salle remplie de lunettes, une autre avec des brosses à cheveux, des cheveux de femme, des chaussures d'enfants, et le pire les prothèses pour le dos ou les jambes . La nausée. Une heure de visite plus tard, on passe aux salles où avaient lieux les tortures, les interrogatoires, les expériences scientifiques. Il n'y a aucune photo de corps morts dans toute la visite, pas besoin. Le plus horrible je pense fut de voir, les baraquements des officiers SS, dormir juste à coté des hommes poussés à l'esclavage ( 90 % passait aux chambres à gaz dès leurs sortie des train), le petit jardinet où pouvait jouer les enfants des officiers, et la cantine des nazis donnant FACE au four crématoire qui marche en doublon avec la chambre à gaz ! Ils en avaient assez d'entendre leur hurlement, et avait enfoui la chambre sous la terre pour étouffer leur cri !
Nous finissons la visite par les dortoirs. Je ne le savais pas mais, ils étaient importés d'Allemagne, et servaient à l'origine à des étables, où l'on rangeait 57 chevaux . Les nazis, en bons économistes, arrivèrent à y faire dormir 400 juifs.
La visite se termine, au loin je suis du regard un groupe d'adolescent arborant le drapeau d'Israël, et imagine à quel point leurs émotions doivent être décuplées.
Le quartier juif de cracovie sera laissé à l'abandon après la guerre, car aucun ne pure y rhabiter, une bonne partie des juifs polonais ayant survécu à cette horreur, partirent pour Israël. Aujourd'hui, c'était la toussaint .

Demain, c'est mon dernier jour à Cracovie, et en Pologne. Je veux donc dignement faire mes adieux à cette escapade. J'ai repéré un restaurant dans un palace, faisant un menu découverte le midi à 45 szlotis, soit un 5 étoiles pour 12 euros ! J'ai presque fini mes achats, dans mes valises on peut trouver : des stickers pour faire blanchir les dents( introuvable en france), des soupes individuelles, des épices, des sachets de muesli individuels, des masques pour le visage, des gel de douche gommantes, de l'alva, des bonbons au miel, des mini bouteilles de wodka. Il ne manque que mes tranches de jambons et de fromage, pour terminer de bousiller mon régime !!!

Euf, en fait le restau chic j'ai pas eu l'affront d'y aller : trop mal vétue, et trop fatiguée pour un lieux guindé. J'ai découvert un autre milk bar : soupe au lard, avec des pommes de terre et un oeuf, et un compoté de choux à la saucisse sont au menu ! J'ai une autre visite guidée sur l'histoire universitaire de cracovie, dont Copernic fut le meilleur élève . Nous avons fait plus de 7 kilometre à pied, pour terminer sur l'usine de schindler. Le guide nous a un peu détruit le mythe, et ne semble pas être ému par ce Juste, car beaucoup de choses seraient fausses selon lui, je veux bien le croire, mais que vaut-il LUI par rapport à Spielberg !?? Le guetto de Cracovie n'est plus symbolisé que par des restes de mur, et une place sur lesquelles un artiste a posé des chaises en métal . Deux symboles : celles qui sont par trois, représentent le tri nazi, quand les juifs arrivaient dans le guetto : les travailleurs vont au quartier A et les infirmes au B. Les autres chaises individuelles représentent le saccage du guetto une fois vidé de ses occupants, maintenant déporté à Dachau, puis à Auschwitz. En effet, les allemands vidaient les appartements en jetant tout par les fenetres pour récuper le patrimoine juif.
Nous sommes loin du centre ville, je fais le chemin à pied avec Andrew, de la Nouvelle-zélande; Il a travaillé un an à Londres, pour mettre des sous de coté, et voyage depuis 3 mois en Europe dans la voiture qu'il a acheté pour cette occasion. Je ne sais pas comment, mais il comprend mon anglais ! Il m'accompagne au malls, faire mes derniers achats, me porte mes courses sur le retour. Il rigole à mes blagues, qui malgré la traduction anglaise semblent fonctionner. Et voilà, je sais, vous vous dites, quoi un deuxième ??? Et «grille -pain» alors, déjà oublié ??? Et bien non ! Je reste fidèle moi ! Même à une chimère ! Andrew va juste devenir un « ajouter andrew à votre liste d'ami» : et oui, cela ne restera qu'un facebooker !!!

Une dernière ballade, un dernier repas, dernier gibos, dernier strudel, dernière piwo, dernière zuppe, dernier salatdki, dernière glace, dernier gateau, dernier capuccino, un dernier bus, un dernier avion et me voilà Parissssssssssss !

Juliette BOS

Voir plus

Dernières recherches de billets d'avion

Les prix indiqués sont T.T.C

Règles d'affichage des offres
Vols en promo Promos vols Opodo
Vos prochaines vacances
  • noel au soleil


    Noël et Nouvel An au soleil
  • fevrier au soleil


    Vacances de février au soleil
  • Ski


    Vacances aux sports d’hiver
  • En solo


    Voyages en solo
  • telephone anglais


    Week-end et Escapade

Annonces Google

Inscrivez-vous pour recevoir en avant-première nos Bons Plans Voyages et Dernières Minutes !