Billet d'avion Maroc

autres villes

Enfants
(-12ans)
Bébés
(-2ans)

Lancez la recherche en cliquant sur les agences de votre choix :

Billet d'avion Maroc pas cher

: comparez les prix

Trouvez votre billet d'avion pas cher pour vous envoler vers le Maroc. Le pays du couchant lointain séduira n’importe quel voyageur qui s’attardera sur ses terres ! Ses belles plages au bord de l’océan Atlantique à Agadir, Essaouira ou même Casablanca pour se détendre au soleil, l’architecture et le tumulte des médinas de ses villes impériales (Marrakech, Fès, Rabat, Meknès), les randonnées dans ses montagnes de l’Atlas ou aux portes du Sahara offrant calme et découverte de beaux panoramas, font du Maroc une destination idéale pour des vacances en famille, à deux ou entre amis et même pour les aventuriers solitaires ! Accédez aux offres de vols réguliers et low cost pour le Maroc proposées par nos partenaires.

Sélection d'hôtels au Maroc

  • Hôtel Riadyima Marrakech  2*

    Riadyima est une charmante maison d'hôtes au centre de Marrakech située à quelqu...

  • Hôtel Ryad Dar Kaotar Marrakech  3*

    Ryad Dar Kaotar est une charmante maison d'hôtes à Marrakech situé à 100 mètres ...

  • Hôtel Riad Tibibt Marrakech  

    Le Riad Tibibt est une charmante maison d'hôtes au coeur de la Médina de Marrake...

  • Hôtel Selwan Marrakech  

    Nich?? au coeur de la Palmeraie de Marrakech , la maison d'h??tes Dar Selwan off...

  • Hôtel Riad Lakhdar Marrakech  3*

    Dans les murs de la Médina de Marrakech. au coeur du triangle formé par la Mosqu...

  • Hôtel Riad Nafis Marrakech  4*

    Idéalement situé à seulement 5 mn de la place Jemaa el fna, dans le quartier de ...

  • Hôtel Riad Philmauge Marrakech  

    Stratégiquement situé dans le quartier Sidi Mimoune, au cœur de la médina à Marr...

  • Hôtel Riad Sheba Marrakech  

    Bienvenue dans notre belle ville rouge, vous qui souhaitez tant de savoir ce qu'...

  • Hôtel Riad Smara Marrakech  3*

    Le Riad Smara se situe a 10 minutes à pied de la célèbre place Jemaa El Fna et l...

  • Hôtel Riad Azenzer Marrakech  3*

    C'est dans le quartier du Moukef, à 5 minutes de la Medersa Ben Youssef et en pl...

  • Hôtel Riad Darkoum Marrakech  

    Riad Darkoum est une maison d'hôtes à Marrakech. située dans le centre historiqu...

  • Hôtel Riad Des Arts Marrakech  3*

    Riad Des Arts est une maison d'hôtes de qualité située dans la Médina de Marrake...

  • Hôtel Riad Djebel Marrakech  4*

    Le Riad Djebel, une charmante et élégante maison d'hôtes au coeur de la médina d...

  • Hôtel Riad Honey Marrakech  3*

    Le Riad Honey est un riad traditionnel à Marrakech. Bien situé dans cette ville ...

  • Hôtel Dar Jaguar Marrakech  5*

    La maison d'hôtes de luxe Dar Jaguar bénéficie d'un emplacement exceptionnel au ...

  • Maroc

    Le Maroc, terre de contrastes : visitez Marrakech, perle rouge du couchant, puis Essaouira la bleue, plongez dans l’eau turquoise de la mer Méditerranée ou tonique de l’océan Atlantique, foulez le sable d’un désert millénaire puis partez à la recherche du mythique Jardin des Hespérides sur les hauts plateaux des montagnes de l’Atlas, goûtez aux saveurs enivrantes des plats orientaux, laissez-vous conter le Maroc éternel à travers ses médinas et ses jardins suspendus…

    A faire lors de votre voyage

    Côté terre : Découverte du désert à dos de chameau, en 4X4 ou en quad ; trekking et équitation dans les vallées et sommets escarpés du massif du Toukbal ; golf sur les très beaux greens de la Palmeraie de Marrakech

    Côté mer : Thalasso et balnéothérapie, sports nautiques (surf, planche à voile) sur les plages de l’Atlantique et de la Méditerranée…

    Côté culturel : Visite des Cités Impériales (Marrakech, Fès, Meknès, Rabat) et des petits villages authentiques ; découverte des ruines romaines ; et surtout, prendre le temps de découvrir un autre monde, entre les charmeurs de serpents et les conteurs de merveilles des bazars !


    Climat

    12°C janv. 14°C fev. 16°C mars 18°C avr. 21°C mai 24°C juin 28°C juil. 28°C août 26°C sept. 21°C oct. 17°C nov. 13°C déc.



    Spécialiste Afrique, Asie et Moyen-Orient : Victor Jouniaux

    Victor Jouniaux

    Quoi de plus fascinant que la savane africaine, les perles de l’Asie et les paysages contrastés du Moyen-Orient ? Vous en prendrez plein la vue : les dunes du Sahara, l’effervescence de Shanghai ou Tokyo et l’extravagance de Dubaï. Pour finir en beauté : vive les plages paradisiaques de l’océan Indien ! On y va ?

    Vos récits de voyages au Maroc

    Concours Récits de Voyages : week-ends et repas gourmands à gagner ! Je participe

    La pluie tombe depuis des jours. Au début, j’aimais cette soif étanchée de la terre. Ce sont les arbres qui donnaient toute la lumière. Et puis jour après jour la pluie mettait du gris dans nos yeux.
    Je ne suis plus qu’une travailleuse depuis des mois. Penchée sur ce brevet blanc qui n’en finit pas, qui n’est toujours pas fini à l’heure où j’écris, je ne perds pas courage.
    Car un mardi matin, je pars. Ma tante m’amène à la gare et le train se met en route pour Toulouse.
    Le voyage commence là, sous le soleil de l’amitié : je retrouve Delphine et nous partageons un heureux moment au Jardin des thés (et de notre amitié).
    Puis je m’envole et je passe par-dessus les Pyrénées enneigées, tellement massives, blanches et belles que je m’extasie devant la puissance de la nature. Puis c’est l’Espagne brune, la mer bleue, pour atterrir dans le crépuscule à Casablanca. Puis un dernier avion me dépose à Marrakech, à l’heure du croissant de lune. Et je m’endors dans un merveilleux lit douillet.

    Je me réveille le matin sous le soleil. Les cigognes volent autour de la Koutoubia. Je baigne dans cette douceur d’ailleurs et le chant des oiseaux au petit déjeuner, riant de ces oiseaux huppés qui tentent de picorer nos croissants. Et je baigne dans la piscine divinement chaude, tandis que les très hauts palmiers frissonnent dans l’air de l’Atlas et que les cigognes continuent leur ronde. Pur moment de bonheur.
    Je m’aventure dehors, essayant de semer des poursuivants trop insistants, obligée de cueillir très vite le parfum des roses. Longeant les murs ocre, parfois un peu plus vite que mon ombre, je cherche les jardins Majorelle. Mais me voici happée par un marchand qui m’entraîne dans sa boutique de peintures tandis que son collègue prépare le thé. Je sais alors que je ne pourrai pas sortir facilement de là. Le thé ne se refuse pas… Il peint pour moi un dessin d’enfant mais en me racontant une histoire qui me fait rire. Le marchandage commence pour gagner ma liberté, éviter le mariage, et gagner les jardins Majorelle, havre de paix, de douceur et de beauté… où je prends un délicieux déjeuner près d’une petite fontaine qui bruit.

    Je cherche désespérément l’église qui a donné son nom au quartier de Guéliz, en ne demandant mon chemin qu’aux vendeurs coincés dans leur kiosque (c’est moins risqué) mais personne ne sait. Finalement, je demande à un vieux conducteur de calèche. Il ne comprend pas et m’amène vers la Koutoubia, mais je vois, au détour d’une rue, la fameuse église ! Arrivés au rond-point, nous voilà en « panne » de roue… Le conducteur répare la roue tandis que les chevaux s’énervent et que je me vois partir seule dans la calèche, au milieu d’une circulation inimaginable. Mais tout va bien et on arrive à (bon) port. Je suis sur la place Djemaa El Fna où l’affluence est à son comble. Musiques, serpents, jus de fruits, mendiants… Je me fraie un chemin pour avancer dans la médina, mais c’est l’enfer tant nous sommes serrés, sollicités… Je préfère rentrer, le soleil se couche sur la Koutoubia.

    Le lendemain, après le merveilleux moment de détente du matin, piscine, dans ce jardin d’oiseaux, je repars le long des rues ocre. Je me promène dans la médina, plus calme, et je me refais des forces avec un lait de dattes si épais que je pourrai jamais le finir, assise sur un bout de bois, tandis que la rue vit au rythme de ses passants. Pour déjeuner, je me réfugie dans un hôtel riad magnifique, avec patios, piscine, décor andalou, petites fontaines remplies de pétales d’hibiscus, loin de l’agitation des ruelles et des rabatteurs.

    Puis je pars en quête de la pâtisserie des Princes. Mais ma chaussure se casse en chemin et je traîne mon pied jusqu’à une boutique. Je finirai ma visite en babouches… Je trouve la pâtisserie où je me régale. Au moment d’emporter des gâteaux, je me retrouve nez à nez avec une élève, encore plus étonnée que moi ! Mais il ne faut pas s’étonner de me trouver là où on trouve des gourmandises…
    Puis me voilà sur la place, un serpent sur les épaules… « Santé à ta famille », me dit-on. « Santé au serpent », je réponds, car je ne suis pas sûre qu’il soit si bien traité…
    Et je me faufile dans le souk. Pour être tranquille, je montre mon porte-monnaie vide…

    Au moment de repartir, la chaîne de télévision de Marrakech m’interviewe au sujet de la visite de la ville…
    Alors je tente de longer l’avenue Mohammed (elles s’appellent toutes Mohammed…) et je retrouve l’église, face à la mosquée, preuve que des cultures et des religions peuvent cohabiter avec intelligence. Et un vieux monsieur me parle après sa prière.
    Je reprends le chemin de l’hôtel, longeant cette fois la demeure du roi, volant une fleur de jasmin de son jardin… tandis qu’un garde remet ses gants blancs pour poser avec moi devant la porte.

    Lumières du couchant sur la Koutoubia, les hauts palmiers, les martinets, où tout devient ocre…

    Mais la journée ne s’arrête pas là : je pars avec une guide pour la Palmeraie dans la nuit, nous allons dîner chez Ali, où nous attend un repas typique, délicieux, tandis que les chanteurs entonnent les chants folkloriques, de l’Atlas, des Berbères, des Marrakchis… Nous dînons sous des tentes somptueuses, sur des tapis sans fin, sortis des rêves berbères, et tout fait penser à un palace…
    Puis nous assistons à un spectacle de fantasia, les cavaliers s’élancent et tirent avec leurs armes tout en s’arrêtant à deux mètres à peine du public. Acrobaties, danses, tapis volant dans les airs, petit feu d’artifices, c’est un voyage dans la féérie…

    De retour dans la nuit…
    Je dois déjà reprendre la route le matin, alors je vois l’Atlas enneigé, les dromadaires allongés… Le voyage a lieu à chaque instant.
    A l’aéroport, un peu excédée par un accompagnateur trop directif (l’habitude de me sentir libre…), je me retourne et vois… Jamel Debbouze et sa famille, juste à côté, s’enregistrant pour Paris Orly.
    Arrivée en France, fatiguée (c’est que je vais tomber malade au retour…), j’attends le train à Bordeaux. Au moment de monter dans la voiture, je me retrouve nez à nez avec… Silvia, mon amie d’enfance !! Quel bonheur ! Deux heures à parler de voyages, à la retrouver avec son sourire d’enfant…
    Le voyage se termine là, malgré la nuit grise, sous le soleil de l’amitié…


    SOPHIE

    Voir plus

    Les marocains disent toujours : « Marrakech, arnakech ! » D’abord je me suis perdue dans les souks-termitières, comme droguée par toutes ces images, toutes ces odeurs qui dansent autour de vous. La place Jemaa-el-Fna dès que la lune fut bien dessinée dans le ciel, cria aux passants : « Réveillez-vous, il fait nuit ! » Les charmeurs de serpents et de touristes ont sorti leurs instruments de musique. Un vendeur de brochettes, qui savait bien séduire, m’a proposé une « tête de Sarkozy confite » : irrésistible…
    Sur la route, les amandiers étaient en fleur et les chèvres, perchées dans les arbres, grignotaient des noix d’argane.
    Les marocains disent toujours : « Essaouira, et ça ira ! ». Dans la médina, les mosaïques, si grandioses, rient de nos photographies qui jamais ne leur rendent un si bel hommage que de les voir en vrai. Les mouettes vont et viennent, malignes, attendant gentiment qu’on détourne la tête pour nous voler nos sardines.
    Les marocains disent toujours : « Agadir, rien à dire ». Et c’était vrai.
    Les marocains disent toujours « Ouarzazate et mourir ». Et qui s’étonnerait en effet que les studios de cinéma aient établi leur camp dans un pareil décor ?

    Et moi je dis toujours « Aït-ben-Haddou, le contourner serait être fou ». Car au bout de la route se tient, debout, la majestueuse cité ocre entourée de ruisseaux et de collines dorées. Là-bas, le soleil ardent ne tue pas les roses.

    Voir plus

    me voici au Maroc, non loin de Ouarzazate, à Mhamid, le point de départ pour Tombouctou au mali ; il fait chaud, les dromadaires sont là qui attendent de partir faire une grande ballade dans le Sahara, et les hommes bleus, les touaregs appelés ainsi à cause de la couleur bleue laissée sur leur peau par leur djellabah, sous l'action du soleil et de la pluie.. des gens pacifistes et accueillants.
    ce sont eux qui m'accompagneront tout le long de ce périple, tenant l'animal en laisse pour le guider, lui tout seul n'en fait qu'à sa tête. A chaque arbres, il s’arrête pour y déguster ses feuilles, mais yalla, il avance au moindre mot de ses maitres.
    de ci de là sur le parcours, des tentes, où des gens passeront la nuit, au chaud, dans de bons gros duvets, il en faut, les nuits sont fraiches par ici..
    arrivé au campement, le thé à la menthe, tradition oblige, coule à flot.. ça fait du bien..
    le tout sur de la musique gnaoua, la musique des berbères, qui résonne au milieu de presque rien, dépaysement garanti, je suis servi.. quel silence aussi, sauf le bruit du vent, le vent chaud. je cours dans les dunes. ça me rappelle mon enfance..

    Voir plus

    Ouarzazate, quelle drôle de nom et quelle drôle d'idée quand tout le monde s'envole pour Marrakech ou Agadir.
    "-Ouarzazate en Juillet ? Mais vous êtes fous ? Vous allez mourir de chaud!"
    Mais non nous n'étions pas fous, nous avions juste nos vacances à ce moment là, nous adorions le Maroc et ses habitants d'une rare gentillesse et hospitalité, mais nous connaissions déjà les deux villes précédemment citées aussi, avons nous choisi Ouarzazate pour partir à la découverte du Sud du Maroc.
    Il y a peu de vols directs, aussi le deuxième vol (généralement au départ de Casa) est-il plus remuant que le premier, car même en partant avec Royal Air Maroc, l'avion est tout petit (40 places) survole l'Atlas et le désert, il peut y avoir des secousses un peu "flippantes" mais à peine en fait.
    Ouarzazate est vraiment typiquement marocaine, son souk municipal a des relents de viande crue stockée en plein soleil en attendant d'être vendue. Le boucher chasse les mouches qui tournent autour à grand renfort de Baygon. Les volailles dégagent une odeur pestilentielle, mais qu'est-ce qu'on s'en fout en fait.... On nous régale de Tajine dans tous les hôtels et restaurants de la ville. Prévoyez une demie journée pour vous rendre au souk, non pas qu'il soit immense mais les négociations et les verres de thé demandent du temps, faîtes ce plaisir aux vendeurs: ils sont venus là pour vous. En sortant du souk, sur la grand place de Ouarzazate, allez déguster un énième thé à la menthe et surtout les pâtisseries chez "El Habous" qui sont divines. On nous a donné un conseil à Ouarzazate qui nous a énormément facilité notre séjour: Buvez chaud quand vous avez chaud. Vous acclimaterez votre corps à la température extérieure et surtout vous n'attraperez pas la Tourista en buvant des trucs glacés (les glaçons ne sont jamais faits avec de l'eau minérale).
    A Ouarzazate, visitez la Kasbah Taourfit (impératif) et surtout partez vous balader. Prenez un guide avec un 4X4 ou louez une voiture, et roulez jusqu'à l'oasis de Fint ( du vert en plein désert, même quand on sait que cela existe, on est bluffé par ce spectacle) qui est à vingt minutes de la ville. Prenez la route des mille Kasbah et traversez la vallée des roses, la vallée du Dadès jusqu'au gorges de Touzdra (une journée), visitez le village typique D'ait Ben Adu au bord de l'Oued (magique).
    Bref, allez voir Ouarzazate, c'est juste trop beau.

    Voir plus

    Publicité

    Annonces Google