Billet d'avion Madagascar

autres villes

Enfants
(-12ans)
Bébés
(-2ans)

Lancez la recherche en cliquant sur les agences de votre choix :

Billet d'avion Madagascar pas cher

: comparez les prix

Envie d’évasion ? Optez pour Madagascar ! Vous plongerez dans la diversité de ses paysages et de ses populations venues d’Afrique et d’Indonésie. Attachée à son passé, l’île conserve jalousement ses us et coutumes. Découvrez sa culture au travers des musiques et danses (véritables reflets de chaque ethnie) et évadez-vous ! Accédez aux offres de vols réguliers et low cost pour Madagascar proposées par nos partenaires.

Vos récits de voyages à Madagascar

Concours Récits de Voyages : week-ends et repas gourmands à gagner ! Je participe

.Escapade à Fort-Dauphin !
    Nous partons à Fort-Dauphin, ville du Sud sauvage malgache, pas très touristique, par un soir d' Octobre. Après de longues formalités dans le petit aéroport, la nuit est presque tombée, nous prenons un mini - bus pour aller à l'hôtel. Mon mari et moi, nous ne parlons pas tout au long du trajet. Dans le bus, six autres personnes sont là. Vont-ils au même endroit que nous ? Et bien, non,  le chauffeur les a déposés par deux ou un à un, quelque part, je dis quelque part car, il n' y a que de la végétation partout. 
    Enfin, nous arrivons. Il pluviote. Il fait très noir, tout noir. Le chauffeur descend et sans un mot, avec une de nos valises sur la tête, descend un petit escalier en bois presque enfoui sous le sable. Nous passons sous des arbres dégoulinants. Il fait un peu frais. Nous sommes accueillis par un jeune homme très discret. Il nous emmène à notre bungalow par un sentier très étroit. 
   Tout en bois, très accueillant, très propre, style Lodge africain.
   Nous dînons simplement, nous étions les seuls clients. Puis un peu de lecture, très peu car, on coupe le courant à dix heures, puis sommeil.

    Nuit reposante, bruit de pluie sur la tôle du bungalow, bruit
 de branches balayant le toit ... Rêve, demi- sommeil ?.... Qu'entends- je ?  Le chant d'une sirène ! Ça en a l'air,  c 'est comme un appel .  Je me lève, j'écoute. Il y a vraiment quelqu'une qui chante. J 'ouvre la porte. Oh ! Ah!  Un lac dans toute sa splendeur, à mes pieds, sous mes yeux et au large, un canoë avec une jeune fille qui pagaie en chantant de ses longs bras gracieux. Incroyable comme spectacle, c'est beau, tout simplement beau. Cela tient du rêve. J'appelle mon mari qui déboule en caleçon sur le gros rocher plombant le lac. 
   Rien que nous et rien que pour nous !
  L'eau  est  couleur d'argent en ce petit matin. Nous devinons la vie de l'autre côté, sur l'autre rive : des cris d'enfants heureux. Quelques  fumées  bleuâtres montent dans le ciel comme une offrande. Nous nous promettons d'aller voir plus tard. 
    Nous sommes les seuls clients à prendre le petit déjeuner sous un petit kiosque près du lac . Son nom ? Très chantant, très doux :
  Vinanibe.

  Un guide vient nous chercher en barque. Nous empruntons des canaux qui nous emmènent dans un endroit avec vue sur les alentours. C'est bleu, c'est vert, c 'est spacieux, c'est grandiose. Un groupe d'enfants surgit de nulle part comme des petits farfadets, la morve au nez, les cheveux emmêlés. Ils ne font que rire en nous voyant. Essai de communication, incompréhension ? Des gestes et des sourires de notre part suffisent à les apprivoiser. Nous passons un moment avec eux. 

    Berenty ! La réserve. Quatre heures de routes en 4/4, la piste. Des arbres magnifiques : baobabs , palmiers de toutes sortes , champs de sisal , zébus .... Nos yeux sont pleins . 
     Nous arrivons. Pareil ! Tout pour nous. C 'est comme un ranch perdu dans la savane. 
  Dans ce coin de Madagascar, avec notre guide, nous découvrons différentes sortes de lémuriens. Ils sont drôles. Le matin, il y en a qui prennent le soleil, assis le dos bien droit, les deux bras de chaque côté du corps, ils restent immobiles et ...se fichent des passants. Ou alors d'autres se faufilent dans ton bungalow, l'après- midi quand on fait la sieste et chapardent tout ce qu'il y a à 
 grignoter. D'autres se déplacent debout en sautant comme des athlètes olympiques : ils sont comme habillés par la main de l'homme: haut blanc , pantalon blanc, casquette blanche. Leur fourrure tranche avec leur couleur noire. 
      Et puis, il y a les tout petits, touts petits, cachés la nuit dans les arbres. Avec notre lampe frontale, nous apercevons leurs petits yeux rouges. Tout un monde.
 
     Il fallait aussi compter avec les chauves - souris , haut perchées dans les arbres, la tête en bas, ailes repliées, se balançant au vent par milliers. Elles sont énormes. Certaines n 'ont pas sommeil et préfèrent planer comme des ULM. 
  Retour à Vinanibe, nous croisons sur la route des gens par centaines qui vont chercher de l'eau à la rivière. Munis de différents récipients, pauvrement vêtus, ils chantent, bavardent, rient, sont heureux malgré leur dénuement.
 Nous sommes un soir allés à la recherche de ce village, de l'autre côté de la rive avec des voix d'enfants et n'avons pas osé entrer par pudeur. Ç'aurait été de l'intrusion, de l'indiscrétion. Paix à eux !

     Nous retrouvons le lac dans toute sa splendeur et en toute sérénité. La journée sera bien remplie : nous reprenons la route sur l'eau, le guide, le conducteur et ...rien que nous deux. C'est extraordinaire cette promenade sur le canal, il fait frais, des plantes d'eau de chaque côté, des arbres qui font office d'ombrelle au- dessus de nos têtes. Une demie- heure et nous débarquons sur une autre rive. Pour commencer, trekking dans la montagne.  Trois bonnes heures de marche dans la savane. Au loin, nous apercevons de temps en temps de petits villages avec des huttes en paille d'où s'échappent des spirales de fumées. Un peu comme le petit village d'Astérix en  Gaule romaine. Cela semble fragile et indestructible à la fois.
      Nous débouchons dans une petite crique au bord de la mer où nous attendent deux braves pêcheurs avec des huîtres fraîchement récoltées. On nous demande de nous asseoir et sans exagérer, ils décortiquent les huîtres pour nous. Il ne nous reste plus qu'à les avaler. Quelle gentillesse, quelle humilité, quelle dignité et quelle leçon de vie! Ça, ce n 'était que les hors- d'oeuvre. Pour le déjeuner, une petite table avec deux chaises nous attendent sous un arbre. Panier repas. Fruits. J'en ai pleuré devant tant d'attention .
 J'aurai été dans un palace ***** étoiles , j'aurai été très heureuse, mais je n'aurai pas pleuré.
     Les deux derniers jours, nous étions libres et avons profité pour traîner ici et là. Un tour au jardin voir les magnifiques arbres ' baobabs  , ravenale ou arbres du voyageur, des variétés de palmiers, des orchidées. Tout cela non reconstitué, mais dans leur cadre naturel.
    L'espace d'une escapade à Fort -Dauphin , devant tant de beauté sauvage, tant de grandeur de la nature, sans d'autre touriste que nous, pour un instant on a pu se mettre dans la peau d' Adam et Eve dans le jardin d' Eden .

Voir plus

Les principaux aéroports à Madagascar

publicité
publicité

Annonces Google

publicité