Billet d'avion Congo

autres villes

Enfants
(-12ans)
Bébés
(-2ans)

Lancez la recherche en cliquant sur les agences de votre choix :

Billet d'avion Congo pas cher

: comparez les prix

Au Congo, il y a des parcs nationaux et réserves à découvrir, mais ce n’est pas tout. A Brazzaville, le musée Marien Ngouabi, la basilique Sainte-Anne, et la maison de Charles de Gaulle datant de 1940 sont dignes d’être admirés aussi. A Pointe-Noire par exemple, visitez le zoo ainsi que le musée Georges Brousseau. Accédez aux offres de vols réguliers et low cost pour le Congo proposées par nos partenaires.

Vos récits de voyages au Congo

Concours Récits de Voyages : week-ends et repas gourmands à gagner ! Je participe

Photo de Queenlat Photo de Queenlat Photo de Queenlat Photo de Queenlat Le commandant annonce enfin notre arrivée au dessus de Kinshasa et je suis submergée d’une émotion indescriptible : ça y est, dans quelques minutes, je foulerai, pour la première fois, la terre de mes ancêtres. J’aime la consonance des mots Kinshasa et Zaïre (ancien nom de la RDC) et les images qu’ils m’évoquent je les associe à mon père, père que je n’ai malheureusement pas connu. Troublée, je reste consciente que je ne suis qu’une étrangère, une touriste venue dans un cadre professionnel pour un mois. Mais je suis belle et bien là !
Gigantesque mégalopole de 8 millions d’habitants, Kinshasa est une jungle urbaine : quantité d’épaves roulantes et d’engins flambant neufs roulent de façon anarchique, tentant d’éviter les nids de poules et créant de monstrueux embouteillages où se mêlent fumée noire, poussière et chaleur étouffante. Au milieu des véhicules ou sur les trottoirs, les riverains vendent toutes sortes de marchandises, des fruits aux cartes téléphoniques en passant par l’échange de devises.
La ville, le pays, gardent des séquelles d’années de guerre civile encore récente. Signe d’une certaine insécurité et instabilité : la présence de la MONUC et de militaires armés qui font de l’excès de zèle et vous soutirent quelques francs (épisode vécu !). A noter aussi qu’il est interdit de prendre des photos des lieux publics (oups, un passant me met en garde mais trop tard la photo est faite !).
Toutefois la ville semble se reconstruire, très lentement certes, mais entreprises chinoises et main d’œuvre congolaise s’y emploient ; et les investisseurs semblent prendre conscience du potentiel du pays. Lueur d’espoir… reste à ce que les ressources soient bien exploitées…
Malheureusement la pauvreté et la maladie restent une triste réalité et c’est sans conteste cette promiscuité entre la pire des misères et une richesse indécente qui frappe le plus. Et je sais que je suis perçue comme faisant partie de ces « riches ». Je ressens d’ailleurs un fort sentiment de gêne lorsque je descends du 4x4 qui nous a été affrété et que je me rends dans ce grand hôtel confortable et climatisé.
Mais malgré tout, les gens restent souriants, courtois et serviables. Quelle leçon de vie !...
Les Kinois aiment s’amuser, s’apprêter, rire, danser, manger. Comme certains d’entre eux, nous nous évadons pendant notre temps libre dans les alentours plus sereins et naturels, et c’est un véritable bonheur !
Une balade le long du fleuve Congo, d’où on aperçoit très distinctement Brazzaville ; un bon dîner dans un restaurant, pour déguster quelques mets locaux (antilope, poisson, manioc, bananes plantains, chenilles, sauterelles….. est-ce vraiment nécessaire de préciser que je ne goûterai pas à tout ?!) ; siroter un soda dans un bar de plein air pour écouter les anecdotes plus marantes les unes que les autres de nos collègues congolais ; découvrir l’artisanat local dans les marchés (quoique la tranquillité pour les touristes n’est pas vraiment une caractéristique !) ; visiter le sanctuaire des bonobos, Lola Ya Bonobo, tenue par une association qui milite pour leur protection et qui nous apprend plein de choses intéressantes. Pour la petite anecdote, un des bonobos n’a pas l’air de m’apprécier, je suis la seule fille du groupe, son regard ne me quitte pas et ses pas me suivent de l’autre côté du grillage qui nous sépare, il saisit une poignée de terre et me la lance violemment dessus. Quel mufle !
Bien que ce soit un pays où la famine et la violence font toujours rage, la RDC regorge de merveilleux trésors à découvrir : des lacs, des massifs, la chaîne volcanique où vivent les gorilles de montagne, la savane peuplée encore de lions, léopards, girafes, zèbres, hippopotames, chimpanzés, la forêt équatoriale qui abrite éléphants et okapis, de nombreux parcs nationaux et réserves de faune inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco.
Une chose est sûre : je retournerai sur la terre de mes ancêtres…
« Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens » (proverbe africain).

Voir plus

Les principaux aéroports au Congo

Publicité
Publicité

Annonces Google

Publicité